journal albayane

Errachidia : Des étudiants de l’Université d’Helsinki en visite au Tafilalet PDF Imprimer Envoyer
Régions
Dans le cadre d’un voyage d’étude des étudiants finlandais dans la région de Tafilalet, la Faculté des Sciences et Techniques d’Errachidia (FST) a organisé, en collaboration avec l’Université My Ismail de Meknès et l’Université d’Helsinki, un Séminaire sur l’environnement et le développement durable.

Ont pris part à cette manifestation scientifique qui s’est déroulée à la Faculté des Sciences et Techniques   d’Errachidia du 24 au 28 octobre 2011, en plus des chercheurs et étudiants de la FSTE et de l’université d’Helsinki, les représentants de la Province et de la Municipalité d’Errachidia, des services techniques provinciaux (ABVGRZ, ONEP,ORMVA/TF, Tourisme, eaux et forets, ADS,  AUE, etc. ), du Programme MCA , des ONGS. Dans son allocution d’ouverture, Mr Youssef AMRAOUI, Doyen de la FST d’Errachidia, a mis en exergue l’importance de la recherche scientifique dans la réussite des programmes de développement.
En souhaitant la bienvenue aux étudiants finlandais, le Doyen  a réitéré la volonté de la FST à collaborer avec l’Université d’Helsinki dans des domaines d’intérêt commun, notamment la recherche scientifique se penchant sur les thématiques de la préservation de l’environnement et de développement durable. Le professeur Mme Paola MINOIA, de l’Université d’Helsinki, a évoqué dans son allocution les objectifs et le contexte du voyage d’étude des étudiants finlandais dans la région d’Errachidia, ainsi que les travaux de recherche que les étudiants finlandais ont pu préparer pour ce séminaire. Le professeur Lahsen KABIRI, membre du comité d’organisation et responsable de l’unité de recherche Science du climat de l’eau et de l’environnement au sein de la FSTE, a par la suite présenté le programme du séminaire avant de faire un exposé sur le développement durable et la protection de l’environnement dans le Sud-Est du Royaume du Maroc.
La première journée du séminaire a connu aussi la présentation des études bibliographiques sommaires réalisées par des étudiants de la FST et de l’Université d’Helsinki portant sur les thématiques suivantes : érosion des sols et désertification, qualité  des eaux, migration, tourisme patrimoniale, développement urbain et transport public dans la Province d’Errachidia. Mr Mohamed   ZERHOUNE, ingénieur et responsable des espaces verts à la Municipalité d’Errachidia, a fait un exposé au cours duquel il a évoqué les différents espaces verts  de la ville, en détaillant les espèces ornementales introduites ces dernières années.
En évoquant la gestion des déchets solides, M ZERHOUNE a précisé que la Municipalité assure en moyenne la collecte d’environ 34.000 kilos d’ordures ménagères par jour, soit une production moyenne de 0.44 kilos d’ordures par habitant et par jour.  Un débat fructueux a suivi les communications des différents intervenants.
Après quoi, quatre groupes mixtes, regroupant des étudiants finlandais et marocains, ont été constitués en vue de commencer le lendemain  les travaux d’enquête sur le terrain. Les cinq  sujets d’études adoptées par les professeurs encadrant en concertation avec les étudiants étaient : le tourisme patrimonial, l’émigration, le transport urbain,  l’érosion des sols (désertification), l’eau (érosion, ressource, et assainissement.
C’est ainsi que les dits groupes, encadrés par des professeurs de la FST, ont procédé à un travail d’observation et d’entretien du 25 au 27 octobre, au cours duquel ils ont eu des contacts avec des acteurs concernés, à savoir : l’Agence Urbaine, la Délégation provinciale de tourisme, le Projet de développement des Oasis de Tafilalet (POT), l’Agence des bassins versants Guir, Rheris, Ziz et Maeder ( ABVGRZ), les coopératives et les  associations.
Les étudiants finlandais, au nombre de seize  dont dix filles, ont fait une partie du circuit touristique Mejhoul qui leur a permis de découvrir la source bleu de Meski et Merzouga, en passant par le périmètre d’Irdi où ils se sont enquis des différentes méthodes et techniques  de stabilisation de dunes et de  lutte contre l’ensablement.
Les étudiants intéressés par l’aménagement du territoire, le transport routier  et  l’émigration, se sont rendus  par la suite à  l’Agence urbaine d’Errachidia où Mr Said BOULMANI les a reçus et leur a présentés un exposé très riche sur l’agence, sa mission, ses objectifs, ses interventions et ses difficultés, etc.  
La dernière journée de cette manifestation scientifique a été présidée par le Professeur Lahcen KABIRI et  y ont pris part le Délégué provincial de tourisme et l’Adjointe du Directeur provincial des  Eaux et forêts.
Elle a été consacrée à la restitution des résultats des enquêtes de terrain. Un débat enrichissant s’en est suivi,  au cours duquel le directeur des projets de l’Association ADRAR a rappelé les différents programmes que met en œuvre l’Association ADRAR, en collaboration avec la FST et d’autres partenaires, et a informé  l’auditoire de la classification du site Imilchil-Amellago comme SIPAM/GIAHS par l’organisation des Nations Unis pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).  
Avant la clôture du séminaire, Mme Aziza ICHIR, professeur au Département de biologie à la FST, a présenté les différentes thématiques pouvant faire l’objet d’une convention de partenariat avec l’Université d’Helsinki dont les principales sont : la gestion durable des ressources naturelles, la  biodiversité, les énergies renouvelables, les changements climatiques et la désertification, la géologie, les écosystèmes des oasis, sciences de l’eau, les statistiques opérationnelles et modélisation, l’apport de l’émigration au développement local, la valorisation, labellisation et écoulement des marchandises des oasis, etc. Mr KABIRI a signalé que les thématiques évoquées lors de ce séminaire montrent que plusieurs efforts ont été menés au niveau de la Province, mais que d’autres interventions semblent être indispensables pour relever les défis entravant  le développement local.  En évoquant l’importance de la capitalisation des expériences, Mr KABIRI  a également mis en exergue le rôle de la communication entre les différents acteurs concernés par le développement en vue de promouvoir la synergie et éviter des redondances. Il a finalement précisé que l’Université Moulay Smail engagé depuis longtemps dans des programmes de recherche-développement continuera sa démarche avec une stratégie cohérente et  en collaboration avec ses différents partenaires, en l’occurrence l’Université d’Helsinki de Finlande.

Hrou ABOUCHRIF
Directeur Projets Association ADRAR
Prix International Meilleur gardien Biodiversité

 

Délégation Jeunesse et sports : démissions en pleine crise

Rien ne marche plus au sein de la délégation de la Jeunesse et Sport dans la province d’Errachidia. Le torchon ne cesse de brûler et les fonctionnaires lancent la sonnette d’alarme. Et devant la sourde oreille et l’indifférence totale et injustifiée du chef du département de la jeunesse et des sports, Moncef Belkhayat, les chefs de services décident d’aller de l’avant et de présenter leurs démissions de la responsabilité qu’ils occupent. En fait, le cabinet du ministre ne cesse de recevoir, depuis près de trois mois, des lettres de détresses pour intervention urgente, afin pour mettre fin à une situation désastreuse,  en vain. Six responsables provinciaux quittent le navire chavirant de Belkhayet, sans aucune réaction de sa part. Belkhayet refuse, en effet, de regarder les problèmes en face. Il a peut-être d’autres chats à fouetter, commentent les représentants syndicalistes qui font allusion à sa vacation aux préparatifs électoraux prématurés.  Les fonctionnaires et précisément les responsables provinciaux, de la jeunesse (H.I), des sports (A.S), des affaires administratives (M.K), le régisseur( A.E), le directeur du centre d’accueil (L.T) et enfin la responsable des affaires féminines ( L.A), ont adressé une lettre, dont Al Bayane possède copie, dans  laquelle ils annoncent leurs démissions commune de leurs fonctions,  au ministre Moncef Belkhayat, sous couvert du gouverneur de la province d’Errachidia, et par la même  réitèrent les manigances,l’arrogance, l’incompétence et l’incapacité du délègue d’assurer la bonne gestion de l’administration,  ce qui bloc tous les projets infrastructurels lancés par le ministère, qui trainent sans aucun aboutissement effectif. Il est à signaler que cette situation catastrophique  de la délégation de la jeunesse et des sports à Er-Rachidia connut son entame avec l’arrivée du délégué actuel, qui mène une guerre sans merci contre les fonctionnaires et les associations, selon des sources au sein de l’administration et de la société civile sportive,  qui se sont retirées d’une rencontre organisée par le délégué le 08/10/2011 au centre d’accueil, pour exprimer leur mécontentement des agissements irresponsables du délégué lors des manifestations ramadanesques et sa responsabilité  lors des répartitions des bourses des associations sportives par le conseil provincial, qui sont considérées comme étant dérisoires et ne répondent aucunement aux attentes des sportifs Rachdaoui.

Aziz laafou

Mhamid El Ghizlane

Taragalte : Hommage à Maâlam Mahmoud Guinea

La musique gnaouie sera à l’honneur de la troisième édition du festival Taragalte qui aura lieu du 11 au 13 novembre à Mhamid El Ghizlane. Et c’est le musicien gnaoui Maâlam Mahmoud Guinea qui sera l’invité d’honneur de cette manifestation qui fête depuis 2009 les musiques du désert. Selon les organisateurs, le choix n’est aucunement fortuit, dans la mesure où Mâlam Mahmoud reste l’un des gnaouis les plus en vue dans le royaume.
Il est même le gardien du temple dans cette tradition gnaouie. Par ce vibrant hommage, les organisateurs entendent revisiter le patrimoine gnaoui dans la région de Mhamid, notamment les Mâlams de Ganga.  
Depuis le premier festival d’Essaouira (sud), en 1998, cette musique millénaire est devenue mondialement connue, grâce notamment au mélange des genres. Né d’un père gnaoui en 1951 et d’une mère voyante, Mahmoud Guinia a passé vingt ans dans l’ombre de son père pour apprendre le métier: “depuis l’âge de 12 ans, raconte-t-il, j’ai commencé à joué du guembri. A 20 ans, j’ai commencé à jouer des lilas (nuits gnaouies) Le maître compte ouvrir une école à Essaouira pour faire connaître son art aux jeunes et prépare un album en Belgique, une tournée en France et en Italie.
Mahmoud Guinea est aussi un maître en matière de fusions musicales avec des artistes de légende, comme Carlos Santana, Adam Rudolph ou Will Calhoun. Organisée à l’initiative de l’association Zaïla pour le développement et la préservation de l’environnement, en partenariat avec plusieurs institutions et établissements  nationaux et internationaux, cette manifestation s’inscrit dans le cadre des efforts visant à préserver l’environnement, et ambitionne la mise en valeur du patrimoine naturel, notamment désertique, à travers un menu artistique riche et varié.  En baptisant leur festival du nom de « Taragalte », qui n’est autre que l’ancien nom de M’hamid El Ghizlane, selon l’ethnologue Jacques Meunier, les organisateurs entendent mettre l’accent sur l’importance des liens entre le passé, le présent et le futur. Le mode de vie des nomades et des communautés bédouines vivant dans le désert sera à l’honneur afin d’essayer de préserver ce patrimoine anthropologique.  Autrefois carrefour des cultures, des ethnies et des civilisations de par sa situation géographique comme point de rencontre des caravanes traversant le désert pour relier Marrakech, Fès Tanger à Taoudenni, et Tombouctou,  Mhamid El Ghizlane entend renouer avec son passé, par le biais de ce festival artistique qui réunira des artistes du Niger, de Mauritanie, d’Algérie et du Mali. Concerts musicaux, lectures de poésie, dédicaces, campagnes de sensibilisation, méharées et projections de films sur le désert sont également prévus au programme de cette édition.
La dimension écologique sera très présente, aucun engin motorisé ne sera autorisé sur le site du Festival. Les festivaliers s’y rendront à dos de dromadaires, d’ânes , marcheront ou emprunterons des chariots. Des troupes locales et nationales seront également présentes dont  Rokba d’Oulad Driss et  de Talha. Des troupes nomades Arib de M’hamid El Ghizlane, Guedra de Guelmim, Hassani de laâyoune,  Herma de Tata et Gnaoua d’Essaouira. De nombreuses activités sportives, culturelles et écologiques  figurent au programme de cette manifestation à laquelle prendront part des délégations de la Fondation Butterfly Works (Pays Bas) du festival  Paléo (Suisse) de la fondation Sahara Roots (Pays-Bas), de Bureau EAST (Maroc et Etats Unis) ainsi que l’Association Taghref Tinariwen (Mali).
Les participants entreprendront une marche à travers les ksours de Talha, Aït Issa Oubrahim, Ouled Youssef, Znaga, Oulad Mheia avant d’atteindre le site du festival qui aura lieu à Sidi Khalil, à la limite de la palmeraie, ancien point de départ des caravanes pour Tombouctou et Taoudenni.

Anas Azizi

Hôpital Moulay Ali chérif

Les malades rénaux ont leur association

La grande salle de conférence de l’hôpital Moulay Ali chérif  a abrité le vendredi octobre 2011, l’assemblée constitutive de l’association d’aide aux insuffisants rénaux de la province d’Errachidia.

Cette association composée de cadres médicaux est présidée par docteur Kaltoumi Tayaa, responsable du centre d’hémodialyse, et du docteur Fatima Elgabbas, directrice du centre de transfusion sanguine de l’hôpital Moulay Ali Charif, qui occupe le poste de trésorière de l’association. Cette assemblée supervisée par docteur Chakiri, directeur de l’hôpital a connu une forte présence de cadres médicaux et semi-médicaux, venus d’Errachidia et de Goulmima, ville qui  abrite le second centre d’hémodialyse de cette province.
Quand le rein n’est plus capable de filtrer le sang, ou secréter la matière hormonale nécessaire pour le bon fonctionnement du système rénal, le corps annonce une détérioration de cet appareil qui nécessite une intervention chirurgicale «  greffe du rein » ou encore des séances d’hémodialyse. Les habitués bénéficiaires de ces séances dans la province d’Errachidia, selon le médecin Madame Kaltoum  Tayaa, responsable de ce centre à l’hôpital Moulay Ali chérif  d’Errachidia, sont au nombre de 37, alors que 26 autres malades se trouvent en état d’attente, avec 8 machines filtres disponibles. Cette situation de pénurie  de matériels s’aggrave avec le manque de ressources humaines, cet état des choses sera quasiment résolu avec l’ouverture du nouveau centre d’hémodialyse d’Errachidia,  équipé de 28 machines,  et permettra ainsi une couverture des attentes et une permission de recevoir d’autres patients surtout de la classe démunie qui ne paye guère les séances de filtrage à condition de présenter un certificat d’indigence, selon la même source.
A.L.