journal albayane

Nabil Benabdallah à Guelmim-Smara : «Elaborer des projets viables au service de la région» PDF Imprimer Envoyer
Régions
Devant un imposant parterre d’intervenants et de partenaires, le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdallah, a appelé, récemment, à la mutualisation de tous les efforts afin d’absorber les problématiques en suspens, au côté de l’agence urbaine de Guelmim Smara (AUGS).
A cet effet, le responsable gouvernemental a réaffirmé, lors de l’ouverture des travaux du conseil d’administration de cette instance régionale, la volonté de son département de mettre tout en œuvre, à travers des outils à portée de main et des projets tangibles,  pour répondre aux aspirations et attentes de cette région, souffrant des carences en matière d’urbanisme et d’habitat. Cette rencontre à laquelle prennent part les autorités territoriales, les élus et les institutions publiques concernées, souligne-t-il, constitue une opportunité pour débattre des questions ayant trait au secteur, dans le but de contribuer ensemble à la dynamisation et au renforcement du processus développemental de cette région. L’agence urbaine, poursuit-il, est appelée à jouer un rôle vital dans cette dynamique de croissance et d’investissement en termes d’organisation urbanistique et de promotion des programmes publics au service des populations. Il est à rappeler que le territoire de compétence de l’agence urbaine de Guelmim-Smara couvre exactement le territoire de la région de Guelmim Smara caractérisé par une grande diversité physique, climatique et humaine et par son étendu (19% du territoire national). De son côté, le directeur de l’agence urbaine de Guelmim-Smara, Mounir Yahyaoui, a brossé, devant l’assistance accrue, en présence du wali de la région et les gouverneurs des provinces de Tan-Tan et Tata, un exposé exhaustif au cours duquel il relatait le bilan des activités pour le compte de l’année 2011 et le plan d’action de 2012, au niveau de la planification spatiale et la gestion urbaine. En effet, il est question de la stratégie d’intervention de l’AUGS dans les espaces qui relèvent de son aire de compétence, fondée sur un certain nombre de principes directeurs qui peuvent être déclinés, notamment en termes de stratégie ministérielle en matière d’urbanisme et de développement spatial, de mise en place d’une démarche participative, d’études de prospective et planification urbaine, de contribution de l’AUGS à la promotion de l’habitat social, de mise à niveau des villes de la région, d’encouragement des investissements, d’assistance technique et de mise en place d’une politique de proximité. En effet, depuis  sa création en 2004, L’AUGS s’est progressivement intégrée dans son environnement en communiquant sur des missions et en mettant en exergue le rôle qui lui est assigné. A cet effet,  l’agence urbaine de Guelmim-Smara a fait de la couverture du territoire régional en documents d’urbanisme une de ses priorités majeures.  Dans un premier temps, elle a axé son action sur la finalisation des documents d’urbanisme en cours, puis dans un second temps, et au fur à mesure que le département des études se structure, sur l’initiation de nouvelles études qui visent à la concrétisation de l’un de ses principaux objectifs qui consiste en la maîtrise du développement de l’urbanisation dans son territoire  et en l’anticipation sur les mutations et évolutions futures de l’espace régional. Par ailleurs, en matière de gestion urbaine, l’AUGS s’est fixée, dès le départ, comme objectif d’asseoir des règles de gestion communes avec ses partenaires, tout en assurant son intégration pondérée dans son environnement. Consciente de son rôle de fédérateur en la matière et de sa mission sensibilisatrice  et pédagogique, l’AUGS a adopté une démarche progressive en matière de gestion urbaine, évitant ainsi de rendre une finalité en soi,  l’application stricte des procédures au détriment d’un urbanisme consensuel. Dans ce sens, trois axes principaux illustrent l’intervention de l’AUGS en matière de la promotion de l’habitat social, à savoir, la régularisation  des quartiers sous équipés, l’élaboration des schémas de structure et de redressement, la participation à la mise en œuvre du programme d’habitat et d’urbanisme décidé par la cession ordinaire du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires du Sahara à la date de 25-26 décembre 2006 et l’assistance technique et architecturale en milieu rural. Effectivement, dans une région qui manque de ressources humaines en matière d’expertise, l’assistance technique devient un impératif de la stratégie d’intervention de l’AUGS. Elle passe, en fait, par le renforcement du rôle de l’agence urbaine en tant qu’assistant technique et la mise du savoir-faire de l’agence urbaine au service des collectivités locales et de ses différents partenaires. La politique de proximité constitue, alors, un principe directeur de la stratégie d’intervention qui se décline selon les axes suivants :
•  Soutenir activement et de manière permanente les grandes opérations telles que l’INDH
• Rapprocher l’action de l’agence urbaine des partenaires, des professionnels et des citoyens.
• Développer une action interactive en matière d’urbanisme
• Atténuer l’effet régulateur des interventions de l’agence urbaine.
• Instaurer une communication permanente sur la nature et la portée de l’action de l’AUGS.
Il faut dire enfin que les différents intervenants se sont surtout focalisés sur la dotation en documents urbanistiques, la simplification des procédures d’octroi des autorisations de construire, le lotissement,  à travers un guichet unique, l’ouverture de nouvelles zones urbanistiques, le soutien de l’agence urbaine en cadres et ressources pour qu’elle puisse s’acquitter pleinement de sa mission. D’autres acteurs ont insisté sur la nécessité de préserver le patrimoine régional (Kasbah et ksour…), de mettre en valeur les sites touristiques, de reconsidérer les espaces verts et les tissus ancestraux et de revoir à la baisse la tarification des impôts relatifs aux droits d’imposition au moment de la délivrance de l’autorisation de construire et les divers documents administratifs demandés, en particulier dans le milieu rural.