journal albayane

Valeurs de paix et de coexistence PDF Imprimer Envoyer
Régions
Écrit par Saoudi El Amalki   
Le festival Amsaddar d’Ifrane Anti Atlas

L
e festival Amssadar (coexistence) qui s’est déroulé, récemment, à Ifrane Anti Atlas, a connu un engouement des plus populaires. Pour ce patelin, relevant de la province de Guelmim, c’est une fête qui n’est pas comme les autres.

En effet, l’association initiatrice de cet événement a tout mis en œuvre pour que cette manifestation se passe dans les meilleures conditions optimales. Afin de répondre aux attentes aux populations de ce bout de terre et toutes les zones riveraines, cette structure associative, en collaboration avec un ensemble de partenaires, a mis sur pieds un programme aussi varié qu’attractif. Le côté culturel était fortement présent, avec la contribution notoire de, entre autres, Ahmed Assid et Azeddine Bounit, deux cadres de la région connus pour leur apport culturel. Des actions sociales étaient également inscrites dans l’agenda de cette activité festive, notamment la remise de tenues de sport complètes à une centaine d’enfants de cette commune, en présence d’éminents sportifs nationaux, particulièrement Baba, l’ancienne vedette de l’équipe nationale de football ayant remporté la coup d’Afrique des nations en 1976, et l’illustre coach national Abdelhadi Sektioui. Outre ces actions de haute portée sociale et humaine, on appréciera les multiples soirées artistiques qui ont attiré une foule imposante, venue de toutes les régions avoisinantes. La dernière prestation musicale amazighe, animée par la diva Fatima Tabâamrante, a drainé une centaine de milliers de personnes qui ont pris d’assaut l’espace réservé à cette manifestation grandiose. On aura donc applaudi la qualité de ce menu diversifié qui enthousiasmé le public, de bout en bout. Les organisateurs n’ont pas manqué non plus de rendre hommage à une série de personnalités aussi bien régionale que nationales, en particulier André Azoulay, conseiller de SM le Roi, et Mohamed Amine Sbihi, ministre de la Culture. Un geste de haute teneur messagère qui traduit la reconnaissance et l’estime dont jouissent ces deux personnages auprès des citoyens de cette zone reculée du sud marocain. On saluera alors vivement les efforts déployés, notamment de l’association, conduite par Mohamed Amnoun et de Lahoucine Arjdal, acteur de communication, afin que cette région défavorisée se dote d’un beau festival dont les valeurs de tolérance et de coexistence ont toujours prévalu, en particulier la présence séculaire des entités hébraïque et musulmane dans ces terres de paix et de solidarité. Il est à souligner également la soif des populations pour ce genre de festivités, à voir des milliers de personnes s’attrouper pendant les concerts donnés à leur direction.