journal albayane

Une marche pour mettre en application de l’article 19 PDF Imprimer Envoyer
Régions
Écrit par M.N.Y   

Rabat

La coalition civile pour l'application de l'article 19  fait appel à une marche pour la dignité, et ce le dimanche 13 avril  à Rabat à 11h (Bab El Had). En effet, un tissu associatif composé de plus 550 associations féminines, des associations amazighes et des organisations des droits humains marcheront pour réclamer la mise en application de l’article 19 de la constitution marocaine.

Cette marche, estiment les organisatrices,  vient dans un contexte marqué par un certain blocage et ignorance de différents dossiers revendicatifs du mouvement des femmes marocaines.  «Le gouvernement actuel continue d'ignorer les différents dossiers revendicatifs du mouvement des femmes marocaines, dont ceux relatifs aux droits civils, politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux des femmes, inscrits dans la Constitution de 2011, laquelle avait pourtant reçu le soutien de larges couches du peuple marocain», précise un communiqué des initiatrices. A cela s’ajoutent la situation inquiétante de la femme au sein de la société et les grands enjeux auxquels fait face la femme quotidiennement.

«Le quotidien des femmes, souligne la coalition civile, reste marqué par les discriminations  juridiques (mariage des mineures ayant enregistré  + de 12%,  les mariages des mineures sont passés de 18.000 en 2004 à 39.031 en 2011, polygamie....), l'analphabétisme (50,8 % en 2011 et 64,7% dans le milieu rural), les inégalités salariales (moins 30%), la précarité, les violences physiques, sexuelles et psychologiques (62,8%.selon le HCP), les difficultés d’accès aux soins de santé, á l'emploi, á la propriété, aux postes de responsabilité, aux fonctions électives, et la persistance de la reproduction des stéréotypes sexistes».  Face cette réalité, une pétition pour la mise en application de l’article 19 sera signée pour la mise en place d'urgence de l'Autorité de la parité et de la lutte contre toutes les discriminations, la promulgation d'urgence de la loi cadre globale pour l'éradication de la violence de genre, la refonte du code pénal et la révision de toutes les législations nationales (code de la famille, code de la nationalité, code de travail, code civil, etc.) pour garantir et protéger les droits humains des femmes, ainsi que la mise en place de nouvelles politiques publiques pour protéger les droits économiques et sociaux des femmes et garantir aux femmes une meilleure représentation dans les lieux de pouvoir: conseils d'administration, conseils de surveillance, centres financiers...