journal albayane

Le Caïd de Sidi Bettach mis en détention provisoire PDF Imprimer Envoyer
Régions
Écrit par K.D   

Justice

L’affaire du suicide du jeune de Sidi Bettach vient de connaitre un nouveau rebondissement. Selon certaines sources, le procureur général de la Cour d’appel de Casablanca a décidé le placement en détention provisoire de Tarek Hajjar, ancien Caïd de Sidi Bettach, à la prison de Oukacha, en attendant la finalisation de l’instruction de l’enquête.

En fait, l’affaire remonte au mois d’avril où A.B s’est donné la mort après avoir été forcé au rasage de ses cheveux par des agents des forces auxiliaires et ce sur ordre du Caïd. Des sources indiquent que le Caïd, qui est d’ailleurs fils d’un ex général, est accusé de torture et son forfait tombe sous le coup de l’article 231 du Code pénal qui dispose que «tout magistrat, tout fonctionnaire public, tout agent ou préposé de l'autorité ou de la force publique qui, sans motif légitime, use ou fait user de violences envers les personnes dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions, est puni pour ces violences et selon leur gravité, suivant les dispositions des articles 401 à 403… ».  Ceci dit, le Caïd risque une peine de réclusion criminelle  de dix à vingt ans de prison, selon l’article 403 du Code pénal.  Il est à souligner, selon d’autres sources, que les investigations menées par la police judicaire ont indiqué que les compagnons du jeune suicidaire ont subi les mêmes abus émanant du Caïd.

Par ailleurs, la mère de la victime a infirmé catégoriquement les informations relayées par des personnes voulant influencer sur le sort de l’enquête en indiquant que le jeune qui a mis un terme à sa vie avait souffert par le passé des troubles psychologiques.