journal albayane

Silence…on dilapide les deniers publics PDF Imprimer Envoyer
Régions
Écrit par Mohamed Younes   

Hay Hassani à Casablanca


C’est scandaleux. Inadmissible. C’est ainsi que d’aucuns qualifient ce qui se passe dans la gestion de la chose locale au niveau de la préfecture de l’arrondissement de Hay Hassani et son seul arrondissement communal. La politique de proximité est sérieusement mise à mal.

Et les campagnes électorales avant terme ont déjà commencé en dépit des mises en garde du ministre de tutelle au parlement, laissant entendre que son département œuvrera à assurer une transparence totale de ces échéances. Une lecture dans la liste des subventions accordées dernièrement à certaines associations par l’arrondissement de Hay Hassani laisse pantois. Un élu à l’arrondissement, présidant une association, a bénéficié de 30.000 dirhams en présentant un projet de soutien scolaire et de lutte contre l’analphabétisme et l’organisation de marathons. Alors que tout le monde sait que ces secteurs dépendent d’autres compétences. De même, une association a pu encaisser une somme de 20.000 dirhams en proposant un projet de formation en informatique, alors que personne au sein de cette association ne maitrise les touches du clavier. Dans le même registre, une autre association a pu avoir 20.000 dirhams en présentant le même projet de formation en informatique. Une autre association a eu 20.000 dirhams en déposant un dossier d’aménagement d’un jardin public. Où et comment ? Personne ne se pose ces questions à la préfecture. De sources concordantes font savoir que ces associations ont des connexions électorales dans la zone, y compris avec des membres de la famille de la gouverneure Hanane Tijani, qui siègent au bureau de l’arrondissement et y font la pluie et le beau temps. Au four et au moulin. Et au diable la démocratie, la transparence et la politique de proximité.