journal albayane

Un observatoire pour la réalisation des projets structurants PDF Imprimer Envoyer
Régions
Écrit par DFE   

Région du Grand Casablanca


Les grandes idées ne meurent jamais. La région du Grand Casablanca dispose enfin de son observatoire des études stratégiques. Contre vents et marées et malgré le temps,  l’idée véhiculée en 2004 par le conseil de la région du Grand Casablanca de doter la dite région d’un observatoire pilote se concrétisera finalement.

Une idée qui a tenu mordicus, en dépit de la création il y’a quelques mois par la wilaya de Casablanca d’un think tank.  Désormais, l’observatoire présidée par Mohammed Benamour, président du Conseil du développement et de la solidarité (CDS) et président de KTI voyages assurera la pérennité du travail enclenché par ce think tank dont les 8 groupes de travail ont rendu récemment leurs rapports sur les divers dysfonctionnements qui entravent le rayonnement de Casablanca.

La nouvelle instance consultative placée sous le label d’Observatoire des études stratégiques du Grand Casablanca sera constituée d’acteurs du public, du privé, d’associations professionnelles, de la société civile.  Ses missions sont aussi claires que limpides. Il a pour but notamment de «faire des études et des enquêtes afin de proposer des solutions aux problèmes et permettre aux autorités publiques, aux élus, au monde de l’entreprise comme à la société civile de bénéficier d’études et de réflexions stratégiques». Mais cet espace de réflexion stratégique ne saurait se substituer à la gouvernance institutionnelle, a tenu à préciser son président, car il se veut une instance consultative indépendante, fonctionnant sous forme d’association à but non lucratif.  En tant qu’instrument catalyseur, il vise à favoriser la prise de décisions par les élus et les autorités locales.

L’observatoire sera chargé d’assurer la concrétisation des idées et propositions émises par les 8 groupes de travail du think tank du grand Casablanca qui ont réalisé en l’espace d’un an 150 séances de travail et pas moins de 100 réunions. Ledit travail ayant permis à la région de disposer d’une feuille de route claire pour les six années prochaines, affirmait Khalid Safir, wali de Casablanca lors d’une rencontre le 16 janvier. Le nouvel observatoire devra donc jouer un rôle pilote dans la réalisation des différents projets structurants chers à la région, entre autres la construction des infrastructures de distribution d’eau, d’électricité, d’assainissement faisant partie du plan de développement 2015-2020 de la région du Grand Casablanca avec un budget estimé à 33,6 milliards de dirhams.  Pour la concrétisation des missions qui lui échoient, la nouvelle instance sera composée d’un comité d’orientation stratégique chargé du suivi des travaux, de la définition des actions à entreprendre, du budget et des moyens de réalisation. Il disposera aussi d’une équipe permanente dotée de ressources humaines adaptées pour le suivi.  Un directoire y sera également créé pour veiller à la mise en œuvre et à l’opérationnalisation des actions et orientations prises par le comité d’orientation stratégique. Une équipe sera également désignée pour l’animation et le suivi des travaux. En avril 2015, la nouvelle équipe présentera une étude permettant de choisir et déterminer l’organisation, la mission, les objectifs, le financement et d’autres aspects juridiques, financiers et réglementaires, les actions concrètes, productives et efficientes à réaliser pour 2015. Les projets structurants pourront passer ainsi de l’étape de conception à l’étape de réalisation.