journal albayane

26 monuments historiques sont pris en charge et leurs travaux ont commencé PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Mohamed Nait Youssef   

Entretien avec Mohamed Nabil Benabdallah, ministre de l'Habitat

et de la Politique de la ville

Nous sommes satisfaits du niveau d’adhésion de la population  dans la réalisation des projets en réhabilitation

Nous ne sommes pas seulement dans une œuvre de réhabilitation, mais également dans une œuvre de prise en charge sociale

Élargir cette expérience à d’autres villes marocaines

Les travaux de réhabilitation et de restauration des monuments historiques, ainsi que les bâtisses menaçant ruine dans la médina de Fès vont bon train. C’est dans ce cadre que s’est tenue la troisième réunion de Comité central de suivi et d’évaluation (CCSE) présidé par le ministre de l'Habitat et de la politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdallah. Cette rencontre a eu lieu mardi 10 mars à Fès, en présence de Mohamed Amine Sbihi, ministre de la Culture, Mohammed Dardouri, Wali de la région de Fès Boulemane, gouverneur de la préfecture de Fès, ainsi que des représentants des partenaires concernés, à savoir les ministères de l’Intérieur, de l’Economie et des finances, des Habous et des affaires islamiques, et de l’Artisanat et de l’économie sociale et solidaire. Le ministre l'Habitat et de la politique de la ville a présenté un topo sur l’état d’avancement des projets et passé en revue les réalisations, notamment des deux programmes concernant les monuments historiques (27 monuments), dont 26 sont en cours de restauration, ainsi que l’habitat menaçant ruine. Il est à noter que le budget global réservé aux  deux programmes est de  615.5 MDH réparti comme suit : patrimoine historique : 285.5 MDH et habitat menaçant ruine : 330 MDH. En marge de cette rencontre, Mohamed Nabil Benabdallah a bien voulu répondre aux questions d’Al Bayane. Les propos

Al Bayane : Après avoir visité certains sites et monuments historiques en réhabilitation et en restauration dans la médina de Fès, quel bilan faites-vous de l’état d’avancement des travaux et des projets en cours de restauration ?

Mohamed Nabil Benabdallah : Il faut rendre hommage à l’Agence de dédensification et réhabilitation de la Médina de Fès (ADER), à monsieur le Wali de Fès et à l’ensemble des intervenants au sein des différents ministères qui suivent ce chantier, en particulier le ministère de l'Intérieur, le ministère de la Culture, le ministère de l’Habitat, mais aussi le ministère des Habous et des affaires islamiques, le Ministre de l'Economie et des finances et celui de l'Artisanat. On leur rend hommage à tous, mais surtout au travail de premier choix de l’ADER, qui montre qu’aujourd’hui il y a une  accélération de la réalisation des engagements pris devant Sa Majesté le Roi dans les deux conventions : une concernant 27 monuments historiques et l’autre concernant 3666 bâtisses, dont 1500 prioritaires car en état grave de délabrement. Je crois qu’aujourd’hui 26 monuments sont pris en  charge et les travaux ont commencé, dont 5 vont être livrés en ce mois et 5 autres le seront en juin. Donc, c’est vous dire un peu l’importance des travaux sur les bâtisses menaçant ruine, où près de 1000 maisons sont aujourd’hui en chantier et prises en charge. C’est vraiment énorme, et on a de quoi être satisfaits du travail qui a été fait jusqu’ici. Ceci ne veut pas dire que nous avons réussi à prendre en charge l’ensemble des problèmes, mais je crois que là il y a réellement une action résolue, sans commune mesure avec ce qui se faisait auparavant.

A votre avis, comment la population de la médina de Fès a accueilli la réalisation de  ces projets de réhabilitation et de restauration ?

Nous sommes dans une interview que vous faites avec moi alors que nous traversons la médina. Vous sentez la sérénité, vous sentez la tranquillité, vous sentez l’adhésion parce que quand les citoyens voient du concret, nul ne peut leur raconter autre chose. Je crois qu’aujourd’hui nous sommes en mesure d’être satisfaits de ce niveau d’adhésion et de cette approche d’accompagnement social réussie, puisque les travaux en cours profiteront à des milliers de personnes.

Qu’en est-il en matière de la généralisation de ces actions et de ces projets au niveau des autres villes marocaines ?

Oui, justement, c’est cela le défi. Nous travaillons actuellement sur le projet de création d’une agence nationale de réhabilitation des tissus anciens et de rénovation urbaine. Afin de pouvoir élargir cette expérience à d’autres villes pour une meilleure prise en charge de la  grosse problématique des tissus anciens, menaçant ruine, mais également de la  rénovation urbaine, nous espérons pourvoir arriver rapidement à la création de cette agence, mais également à faire passer un projet de texte de loi qui concerne les tissus anciens.

Qu’elle est votre stratégie générale en matière de réhabilitation des sites historiques afin d’en faire un vecteur économique ?

A travers cette expérience, nous ne sommes pas seulement dans une œuvre de réhabilitation. Nous sommes également dans une œuvre de prise en charge sociale et d’amélioration du revenu. C’est une approche économique également pour faire en sorte qu’à travers ce travail, à travers les fonds injectés, à travers le travail qui a été fait sur les monuments historiques, sur les bâtisses, nous puissions créer derrière un tissu associatif, un tissu d’activités qui améliorent le revenu des gens et qui contribuent donc en même temps à la promotion sociale de ces populations. Je crois que ça c’est un peu le clou de la réussite de cette approche.

Il ne peut y avoir en effet d’action réussie, sans adhésion de la population et du tissu associatif qui encadre cette population. C’est pour cela que nous enregistrons ce niveau de réussite.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Interview

Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Peut-on différencier l’écriture en fonction de l’a...

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...