journal albayane

La question de l’avortement requiert une approche globale PDF Imprimer Envoyer
Écrit par M’Barek Tafsi   

Le Pr Louardi à la rencontre nationale sur l’avortement


Le traitement de la question de l’avortement requiert une approche globale reposant notamment sur la prévention des grossesses non désirées, la réduction du recours à l’avortement comme objectif principal en plus de la facilitation de l’accès des femmes à la prise en charge des complications de l’avortement clandestin et la mise en place d’un cadre réglementaire adapté tenant compte de toutes les observations émises lors de la rencontre nationale sur l’avortement organisée mercredi 11 mars à Rabat, a affirmé Pr El Houssaine Louardi, ministre de la Santé.

Intervenant au terme des travaux de cette journée, le ministre a d’emblée promis à tous les intervenants que leurs approches et idées seront prises en compte dans le cadre de la confection d’un nouveau cadre législatif plus adapté au défi que soulève l’avortement, en particulier dans la clandestinité, qui constitue selon le ministère un problème de santé publique et une tragédie pour les femmes qui ne sont pas prêtes à supporter les conséquences des grossesses non désirées, notamment en cas de viol ou d’inceste ou d’une mère célibataire.Selon le ministre, les débats ayant marqué cette journée ont permis d’approfondir la réflexion autour des prescriptions religieuses, et chartes et conventions internationales relatives à la protection du droit à la vie ainsi que sur les différentes positions concernant le sort à réserver à l’embryon et à la santé de la mère.

Abstraction donc faite des positions divergentes exprimées, tous les participants ont souligné qu’il est temps de procéder à la révision du cadre législatif existant dans le but de l’adapter à la nouvelle situation, a-t-il dit, ajoutant que le ministère tiendra compte de toutes ces observations et de l’appel de tous les interventions à développer des programmes de prévention des grossesses non désirées à travers la sensibilisation et l’éducation sexuelle, à réaliser une étude sectorielle, quoique difficile (étant donné que les opérations d’avortement sont faites dans la clandestinité), à promouvoir la planification familiale, et à renforcer la recherche scientifique et les études dans la perspective de disposer d’une banque de données fiables outre le développement de la médecine prédétective pour réduire le maximum possible les risques de malformations fœtales, et partant le nombre des personnes naissant avec un handicap.

Pas moins de 7000 maladies héréditaires à l’origine de malformations entrainant un handicap permanent sont recensées au Maroc par la médecine prédétective, selon un intervenant, qui a affirmé que rien n’est fait pour les couples, qui se trouvent dans un état désespéré et n’ont de choix que d’interrompre les grossesses pour ne pas avoir trois, quatre ou plus d’enfants handicapés (physique et mental).

Dans ce cadre, nombre d’intervenants ont affirmé que la planification familiale est la clé de ce problème pour faire diminuer les avortements, et en particulier clandestins.

Plus la loi est restrictive, plus le nombre des avortements clandestins augmente, ont fait observer d’autres, qui ont soutenu la proposition d’assouplir les lois en vigueur au Maroc, qui obligent les femmes enceintes désirant interrompre leurs grossesses à recourir à des méthodes à risques et à la clandestinité en particulier les femmes pauvres, car celles qui ont des moyens vont d’ailleurs subir un avortement médicalisé dans d’autres pays à l’étranger.

Si la mère ne réussit pas à se débarrasser de son embryon, elle peut aussi abandonner le bébé après sa naissance, a-t-on affirmé, notant que les conséquences sont dans tous les cas dramatiques pour les femmes concernées.

Il est donc nécessaire pour remédier à la situation de réviser l’article 453 du code pénal pour permettre aux femmes qui le désirent d’interrompre leurs grossesses en tenant compte de l’avis d’un comité d’éthique qui serait mis en place dans les hôpitaux publics, a-t-on suggéré.

Réagissant à ces propositions, d’autres participants à cette rencontre, dont des Ouléma, des médecins et des représentants de la société civile ont soutenu que l’embryon est innocent et n’a rien fait pour le tuer et que sa protection s’apparente à celle du respect du droit à la vie comme il est souligné dans toutes les religions et la Constitution marocaine de 2011.

Pour ce qui le concerne, rappelle-t-on, le ministre de la Santé a pris l’engagement de parvenir à un cadre légal et réglementaire relatif à l’avortement médical au Maroc en perspective de sa révision répondant aux besoins actuels, et ce dans le respect total des valeurs religieuses, éthiques et culturelles propres au Maroc et conformément aux droits humains tels qu’ils sont universellement reconnus.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Interview

Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Peut-on différencier l’écriture en fonction de l’a...

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...