journal albayane

Importance du dépistage précoce PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ouardirhi Abdelaziz   

Journée mondiale du rein 2015


La 10e édition de la Journée internationale du rein a eu lieu le 12 mars 2015 avec pour thématique «Des reins en bonne santé pour tous». Une thématique choisie par la société internationale de néphrologie. Il s’agit d’un sujet d’une importance capitale du fait qu’il vise l’ensemble de la population, pour laquelle nous devons consentir des efforts.

L’insuffisance rénale évolue à bas bruit. Pendant des années, le malade atteint d’une insuffisance rénale débutante ne ressent aucun symptôme et ignore sa maladie.

La découverte de la maladie rénale intervient souvent à un stade  tardif  et nécessite une prise en charge en dialyse en urgence. On comprend dès lors toute l’importance d’un diagnostic précoce.

Qu’est-ce que la Journée mondiale du rein ? Elle a été  initiée en 2006  à l’initiative de l’International society of nephrology (ISN) et de l’International federation of Kidney foundations (IFKF) dans le but de sensibiliser le public, les  professionnels de santé et les décideurs politiques sur le fléau que représentent les maladies rénales, mais aussi de mettre en avant toutes  les possibilités actuelles de dépistage, de diagnostic et de traitement.

Elle est célébrée chaque année le 2ème jeudi du mois de mars. Cette année, elle a été célébrée le 12 mars.

600 millions de malades à l’échelon mondial,

dont 3 millions au Maroc

Au niveau mondial, l’importance des maladies rénales semble aujourd’hui sous-estimée. Selon les instances internationales, plus de 600 millions de personnes dans le monde souffrent d’une forme de maladie rénale chronique. Cette maladie va connaitre une augmentation de 17% dans les décennies à venir, ce qui en fait un réel problème de santé publique au niveau mondial. Détectée à temps et traitée comme il se doit, la fonction rénale peut être restaurée

Mais dans bien des cas, le diagnostic survient souvent à un stade tardif car la dégradation de la fonction rénale est généralement progressive et silencieuse. Les traitements sont peu nombreux, et l’évolution de la maladie nécessite fréquemment le recours à la dialyse ou à la transplantation. La prévention apparaît donc comme un enjeu majeur.

Selon les chiffres avancés par l’Association « REINS » dont la présidente est le Pr Amal Bourquia, spécialiste en  néphrologue,  ce sont 3 millions au Marocains qui aujourd’hui souffrent d’une maladie rénale chronique.

Concernant le traitement par la dialyse et en l’absence de statistiques très précises, il y aurait à fin 2014,  près de 17.000 dialysés qui sont pris en charge au niveau  de 200 centres publics et privés. Il faut savoir que le nombre des nouveaux dialysés s’élève a plus de 1.200 / an

Le nombre de malades qui ont pu bénéficier d’une greffe rénale est de  400 greffes rénales

6.320 malades  pris en charge par le ministère de la santé.

Qu'est ce qu'une maladie rénale chronique ?

La maladie rénale chronique (MRC) est fréquente et longtemps silencieuse. Le dépistage ciblé de la MRC dans les populations à risque a pour but d’éviter ou de retarder le passage au stade terminal de l’insuffisance rénale nécessitant un traitement de suppléance (dialyse ou greffe rénale) et de réduire les complications associées, principalement cardiovasculaires. Sa progression peut être ralentie par un traitement réalisable dans le cadre de la médecine générale. Les études épidémiologiques disponibles en population générale évaluent à 10 % la prévalence des adultes ayant une maladie rénale. Le risque d’évolution vers le stade terminal nécessitant la dialyse ou une greffe rénale nombre augmente de 4 % par an. L’hypertension et le diabète sont responsables à eux seuls de près d’un cas sur deux.

L'insuffisance rénale chronique, elle, est la conséquence de l’évolution des maladies rénales. Lorsque les deux reins ne fonctionnent plus correctement, notre organisme est petit à petit empoisonné par les déchets qui ne sont plus éliminés. L'insuffisance rénale est dite chronique lorsque cette perte de fonction est progressive, et que les lésions présentes dans les reins ont un caractère irréversible. Ce n’est qu’à un stade très avancé que l’insuffisance rénale provoque certains symptômes. Il existe 5 stades de la maladie rénale chronique  Un certain nombre de personnes ont une probabilité importante d’avoir une atteinte rénale et doivent donc être l’objet d’un dépistage systématique.

Intérêt du dépistage précoce

Et en raison de l’augmentation de l’espérance de vie et de l’augmentation de l’incidence du diabète et de l’hypertension artérielle, tous les professionnels s’attendent à une augmentation de l’incidence de l’insuffisance rénale. Toutes ces personnes à risque doivent bénéficier d’un dépistage précoce et  annuel de l’insuffisance rénale représenté par la consultation du médecin généraliste ou spécialiste et la pratique d’analyses sanguines et urinaires.

Malheureusement, l’insuffisance rénale évolue de façon insidieuse et sournoise, de sorte que, quand le malade commence à se plaindre de fatigue ou de manque d’appétit, il est souvent  trop tard, et on ne peut que lui proposer la dialyse. D’où l’intérêt du dépistage et du traitement précoce. Il s’agit de traiter correctement les diabétiques et les hypertendus. Ceci est difficile pour des maladies chroniques, mais c’est le moyen primordial pour éviter l’insuffisance rénale.

Sensibiliser, informer et éduquer

En matière de  lutte contre les maladies et leurs effets dévastateurs comme c’est le cas pour le diabète, l’hypertension artérielle, l’adage  « mieux vaut  prévenir que guérir» trouve toute sa place. En effet, il ne faut pas être devin pour comprendre tous les intérêts que l’on peut tous tirer d’une approche préventive.

La prévention est un moyen de lutter contre ces fléaux. On a tendance a croire qu’être en bonne santé, ce n’est pas être malade, mais c’est aussi et surtout vivre bien et pour se faire il faut accès nos actions sur l’adoption de bonnes attitudes de vie.

Il convient à ce sujet de rendre hommage pour le travail qui est entrepris par le Pr Amal Bourquia et les bénévoles de son association. Depuis sa création, «REINS» travaille sur le volet de la sensibilisation et de la prévention, l’objectif étant de d’inciter la population à faire face aux réalités sévères de la maladie du rein et à les encourager à vérifier s’ils sont à risque. Notre action vise également à sensibiliser les pouvoirs publics et les organismes de couverture à investir dans les mesures préventives et d’œuvrer pour une prise en charge plus agressive par les médecins du contrôle de l’hypertension artérielle et du diabète.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Interview

Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Peut-on différencier l’écriture en fonction de l’a...

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...