journal albayane

Le Congo et le Burkina au menu de l'équipe nationale PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Écrit par Rachid Lebchir   

CHAN 2016


L'équipe nationale marocaine des joueurs locaux continue ses préparatifs pour les prochaines échéances. Deux rencontres amicales sont au programme en fin du mois, au Complexe sportif Mohammed V de Casablanca, dans le cadre de sa préparation aux éliminatoires du CHAN 2016 qui aura lieu au Rwanda, indique-t-on auprès de la Fédération royale marocaine de football.

Le premier match amical opposera les joueurs locaux à ceux de la sélection du Congo Brazzaville, le 27 mars, alors que le deuxième match est programmé face à l'équipe nationale du Burkina Faso le 30 mars,  à 19h30. Ce sont là deux sérieux tests, parait-il, pour l’équipe nationale appelée à assurer sa présence en force lors du prochain CHAN en 2016.

Lors de la récente édition, CHAN 2014, l’équipe nationale emmenée par l’entraineur Hassan Benabicha, a été éliminée en quarts de finale. Ce fut d’ailleurs la première qualification au second tour pour l’équipe du Maroc qui avait raté les deux éditions précédentes dont la première en 2011 avec l’entraineur Mustapfa El Haddaoui.

L’édition du CHAN 2014 restait donc la meilleure avec Hassan Benabicha qui venait d’accumuler une expérience jugée satisfaisante à la tête de certaines sélections nationales des jeunes et qui enchaine aujourd’hui en compagnie de l’équipe marocaine olympique.

Son successeur, M’hamed Fakhir, compte faire mieux avec les joueurs locaux qui se préparent aujourd’hui pour le prochain rendez-vous du CHAN en 2016. Pour ce, Fakhir et ses joueurs ont débuté tôt les préparatifs même s’ils n’ont disputé des matches amicaux que face à des sélections modestes à l’échelon africain telles les équipes de Tchad, de Mauritanie…

Mais les prochains adversaires qui sont d’un autre calibre et d’un degré plus élevé peuvent nous donner une image plus claire sur le niveau technique et compétitif des joueurs locaux marocains, toujours à la recherche de la place méritée du football national au sein du gotha africain.

Fakhir qui reste, lui aussi, sur une expérience silencieuse à la tête de l’équipe nationale A mais sans succès quand les Lions de l’Atlas avaient quitté la CAN 2006 dès le premier tour en Egypte vainqueur de la compétition sur son sol, n’a depuis lors dirigé que certains clubs dont le Raja avec lequel il a remporté Championnat et Coupe du Trône. C’est d’ailleurs au sein des clubs marocains que Fakhir puisse s’estimer heureux d’avoir réalisé les résultats escomptés comme il l’a fait avec l’AS FAR et auparavant à la tête du Hassania Agadir, doublement vainqueur du championnat national.

Fakhir qui reste donc l’entraineur le plus titré à l’échelon national, souhaite rebondir avec la sélection des joueurs locaux.

Souhaitons-lui bonne chance en compagnie de ses poulains qui sont appelés à être à la hauteur et à prouver leur mérite au sein d’une compétition africaine locale qui est en nette progression…

Nous y reviendrons demain avec la liste des joueurs choisis par M’Hamed Fakir pour disputer les deux prochains matches amicaux.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

Ainsi va l'Afrique

Le Bouteflika burundais Le Bouteflika burundais actuel  président du Burundi s’entête toujours à vouloir violer, coûte que coûte, la Constitution de son pays. Il a ainsi décidé de se repr...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Interview

Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Peut-on différencier l’écriture en fonction de l’a...

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...