journal albayane

Le PPS condamne vigoureusement cet acte abject et exprime sa solidarité avec le peuple tunisien PDF Imprimer Envoyer
Écrit par (PPS)   

Attaque terroriste à Tunis

Dans un communiqué adopté, à la suite de l’attaque terroriste perpétrée mercredi 18 Mars dans la capitale tunisienne, le PPS exprime sa ferme condamnation de cet acte terroriste abjecte qui ne vise qu’à saper le processus démocratique en cours dans le pays. Voici la traduction de ce communiqué :

«Après l'attaque terroriste sanglante perpétrée mercredi 18 mars contre le musée du Bardo jouxtant le parlement dans la capitale tunisienne, faisant 20 morts parmi les touristes étrangers et des ressortissants tunisiens ainsi que plus de 40 blessés, le Parti du progrès et du socialisme (PPS) condamne avec vigueur cet acte criminel lâche et présente ses condoléances les plus attristées et sa solidarité avec les familles des victimes et blessés.

Tout en saisissant parfaitement que cet acte terroriste lâche ne vise qu’à saper l’expérience tunisienne distinguée et prometteuse et l’économie du pays en portant un coup dur au secteur du tourisme, le PPS exprime sa totale solidarité avec le peuple tunisien frère et ses vives forces démocratiques et considère que ce crime abject n’est pas un acte isolé, mais qu’il fait plutôt partie d’un plan terroriste permanent qui menace les valeurs de liberté, de progrès, de démocratie et de paix dans la région tout entière, voire partout dans le monde. Le parti renouvelle son appel à toutes les forces nationales progressistes et démocratiques à travers le monde et en particulier dans la région maghrébine et arabe à unifier les rangs et coordonner les efforts pour faire face à toutes les formes de violence, d’extrémisme et de terrorisme défendant par là le droit des peuples à la vie en premier et partant à édifier et protéger leurs institutions et ce pour permettre d’aller de l’avant dans le cadre de la promotion de la culture de la modération, de la tolérance, de la consécration des valeurs de liberté et de démocratie, de la réalisation de la justice sociale et l’égalité».