journal albayane

Le Maroc a su développer son propre modèle de lutte contre le radicalisme PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Écrit par La Rédaction   

N. Benabdallah au forum sur le «Vivre ensemble» à Bruxelles

Le Maroc a su développer son propre modèle de lutte contre le radicalisme, en lui apportant une réponse globale, a affirmé samedi à Bruxelles, M. Mohamed Nabil Benabdallah, ministre de l'Habitat et de la Politique de la Ville. «En partant de son propre expérience, le Maroc a su développer son propre modèle de lutte contre le radicalisme, en apportant une réponse globale, à la fois sécuritaire, religieuse, politique, culturelle, sociale et économique», a dit M. Benabdellah, lors d'un forum sur le «Vivre ensemble».

La réussite de ce modèle lui a valu une reconnaissance qui dépasse les frontières du Royaume, dans la mesure où de nombreux pays, notamment africains, veulent s'en inspirer, a relevé le ministre, estimant que le «meilleur rempart contre l'extrémisme est la persévération dans la voie démocratique moderniste et la complémentarité entre les différentes composantes de la société».

Il a toutefois reconnu que cette problématique est complexe et requiert de ce fait une action plurielle, multidimensionnelle et étalée sur le long terme, ajoutant qu'une «analyse superficielle du phénomène ne mènera pas à bien saisir la quintessence». Car, selon lui, «nous ne sommes pas, comme certains essaient de le faire passer, devant un problème de choc de civilisations, mais plutôt de projet de société».

«Toute attitude de rejet, en tentant de faire porter la responsabilité sur l'autre est systématiquement vouée à l'échec, du fait que la responsabilité est partagée», a poursuivi M. Benabdellah.

Partant du constat que «personne n'est capable de régler seul le problème», le ministre a appelé «toute la communauté internationale à s'impliquer davantage et ne pas se confiner dans un rôle d'observateur».

Le ministre a enfin mis en garde contre la stigmatisation d'une communauté, car, à ses yeux, «tout procédé de cette nature ne peut mener qu'à plus d'extrémisme et de radicalisme».

Un point repris par Ahmed Laaouej, député fédéral (Parti socialiste belge-PS), qui a relevé que si les musulmans de Belgique sont appelés à réagir, face à la montée d'un certain extrémisme dans la société, c'est d'abord en leur qualité que citoyens.

«Il ne faut tomber dans le piège des terroristes, car leur stratégie consiste à diviser la société, à mettre en péril la démocratie et à saper le dialogue inter culturel», a-t-il noté, ajoutant que «la démocratie ne doit pas changer de visage, que les valeurs de citoyenneté doivent primer avant tout».

D'après lui, «l'éducation, le soutien des familles, le réinvestissement dans l'école, l'appui de la société civile, l'ouverture sur l'autre sont des pistes qui doivent être développées davantage dans ce sens».

Rappelant la dimension internationale du phénomène, le député belge d'origine marocaine a aussi appelé à nouer des «collaborations avec les pays qui prônent le vivre-ensemble, dans le respect, l'intelligence et sans paternalisme».

De son côté, Denis Ducarme, député fédéral, Chef de groupe Mouvement Réformateur (MR) à la Chambre des représentants belge, a estimé que les «meilleurs alliés contre le radicalisme sont les musulmans eux-mêmes», soulignant l'impératif de faire le distinguo entre religion et extrémisme.

La pratique de l'islam est «garantie, respectée et a toute sa place dans la société», a-t-il lancé, ajoutant qu'il faut lutter contre tous ceux qui font l'amalgame entre religion et extrémisme.

Relevant que la liberté de culte est garantie par la constitution en Belgique, M. Ducarme a appelé tous les citoyens à recourir aux lois contre la discrimination pour défendre leurs droits.

Ce débat a été organisé en marge du 5-ème Salon de l'immobilier et de l'art de vivre marocains «SMAP expo Bruxelles», qui a ouvert ses portes vendredi, avec la participation d'une soixantaine d'exposants d'autant de villes du Royaume.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

Ainsi va l'Afrique

Le Bouteflika burundais Le Bouteflika burundais actuel  président du Burundi s’entête toujours à vouloir violer, coûte que coûte, la Constitution de son pays. Il a ainsi décidé de se repr...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Interview

Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Peut-on différencier l’écriture en fonction de l’a...

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...