journal albayane

«Non, c’est mon client» PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Écrit par Danielle Engolo   

Chauffeurs de petits taxis


A Casablanca, les chauffeurs de petits taxis se livrent des combats dignes d’une jungle. Ils se disputent des clients, sont à l’affût pour arracher un client à un chauffeur qui en a déjà 1 ou 2 dans son véhicule. Le spectacle est le quotidien des gares ferroviaires, donnant une mauvaise image de cette profession.

Il est 17h30 en cette fin d’après-midi. Devant la gare ferroviaire de Casa voyageurs, plusieurs petits taxi rouges sont stationnés. Ils attendent probablement l’arrivée d’un train. Ce sera l’aubaine qui leur permettra d’accroitre leurs revenus de la journée. Mais dans cette expectative, on ne lésine pas sur les moyens d’avoir un client quitte à en arracher à un autre. Après un bon moment d’attente, tout potentiel client serait le sien. Paroles menaçantes, propos injurieux, propos vulgaires, certains chauffeurs de taxi en usent pour défendre «leurs intérêts». Une situation qui frise souvent le ridicule. Pourquoi arracher spécifiquement ce client à ce chauffeur, alors que dans les environs, plusieurs passants cherchent probablement un taxi ? Pourquoi attaquer le chauffeur de taxi alors que c’est le client qui l’a éventuellement stoppé ?

Juste devant la gare de Casa voyageurs, un petit taxi est encerclé par plusieurs personnes. L’une d’elles est postée devant la voiture, l’empêchant d’avancer. Un chauffeur de taxi rouge brandit un téléphone arguant d’appeler la police pour arrêter ce chauffeur de taxi. En effet, Mohamed, chauffeur de taxi, la quarantaine environ, portait déjà deux clients dans son véhicule. S’étant arrêté devant la gare ferroviaire  pour y déposer une personne, il a été accosté par un client. Le client, presque perdu, intercepte le chauffeur en disant «Avenue des FAR». Il s’apprête à entrer dans la voiture quand surgit un autre chauffeur de taxi. «Où allez-vous monsieur ?» Le client, un étranger, embarrassé, réplique au chauffeur : « avenue des FAR ». Pour ce chauffeur, chaque petit taxi doit porter un seul client, tant qu’il y a un autre taxi vide dans les parages.. «Ce client va à l’avenue des FAR et celle qui est dans ta voiture, à Casa port, ce n’est pas la même direction», avance –t-il à Mohammed, le menaçant d’appeler la police pour dénoncer cette injustice. Le client, troublé, veut descendre du taxi pour mettre fin à cette discussion mais Mohamed objecte pour que le monsieur et sa femme restent dans le taxi.

Le même spectacle se répète à la gare de Mohammedia. « Chaque chauffeur de taxi doit porter un client », arguent à tout bout de champ ceux qui sont lésés. Pourtant, cette situation est souvent justifiée par les destinations des clients. A Mohammedia, la situation est d’autant plus complexe, car les clients doivent prendre les petits taxis stationnés en fonction de leur ordre. Cette loi tacite doit être respectée par les clients qui en sont parfois inconscients. Tout chauffeur qui porte un client avant celui qui le précède attirera les contestations des autres. Certains chauffeurs, pour éviter toute altercation, réorientent les clients qui les accostent vers ceux qui les précèdent.

Sitôt sorti de la gare ferroviaire, probablement après une journée fatigante, sitôt l’on se confronte au désordre qui régit le travail des chauffeurs de petits taxis. Une situation qui donne, notamment aux étrangers qui font leur premier contact avec le Maroc, une image négative, mais surtout qui ralentit les efforts du Maroc pour véhiculer la vraie image positive de sa société.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

Ainsi va l'Afrique

Le Bouteflika burundais Le Bouteflika burundais actuel  président du Burundi s’entête toujours à vouloir violer, coûte que coûte, la Constitution de son pays. Il a ainsi décidé de se repr...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Interview

Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Peut-on différencier l’écriture en fonction de l’a...

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...