journal albayane

Quand la nature reprend ses droits PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Écrit par Mohammed Mansouri Idrissi *   

M’Seffer et la peinture

Lahbib M’Seffer est né en 1944, à El Jadida. Titulaire d’un baccalauréat série philosophie, puis d’une licence en sciences politiques. Ancien directeur général, chargé des ressources humaines et matérielles d’un grand groupe bancaire. Membre de l’ALFAC (Association des lauréats de la faculté de droit de Casablanca).

Secrétaire général de la Fondation Wafabank de 1987 à 2003. Secrétaire général adjoint de l’AMAP (Association marocaine des arts plastiques). Membre du bureau de l’Association des Doukkala. Secrétaire général du SMAPP (Syndicat marocain des artistes plasticiens professionnels). Commissaire de nombreuses expositions depuis 1988, dont «Peintres doukkalis, don de la terre», lors de la visite de SM le Roi Hassan II à El Jadida en Juillet 1994. Commissaire de GENAP 1 et GENAP 3 (Grande Exposition Nationale Des Arts Plastiques).  Lahbib M’Seffer n’est pas étranger à l’art. Il est artiste depuis toujours comme dit de lui son ami le peintre Abdelkébir Rabi, qui a suivi son itinéraire depuis 1982. Natif d’El Jadida, ville possédant une des plus belles plages du Maroc, où le bleu du ciel rejoint celui de la mer et que traversent quelques vagues et nuages blancs. Voilà l’image qui s’est gravée à jamais dans la mémoire du jeune enfant. Devenu adulte il consacra tout son temps à l’exercice de la profession à laquelle le destin le mena (la banque). En 1988, il s’attela à l’art en gérant la Fondation,  dont la banque l’avait chargé. Il fréquenta dès lors les galeristes, les hommes de lettres et évidemment les artistes ainsi que ceux qui participaient à « la jeune peinture ». C’est dans ce contexte qu’il fit la connaissance de Mohammed Khair Eddine dont l’amitié aboutit à la publication, à Paris, par la revue Esprit (juin 1992), d’un article sous le titre : « Lahbib M’Seffer peintre bucolique », suivi  en 1994 du livre «M’Seffer vu par Khair Eddine». Terrassé par sa maladie subite, Khair Eddine ne put assister à l’exposition organisée à cette occasion.  Ce texte donna une nouvelle orientation aux travaux de M’Seffer. Celui-ci se sentait investi d’une mission, par son ami Khair Eddine qui, avant de s’éteindre, avait fait de lui « le gardien de la terre marocaine qui l’a vu naître». Si on remonte dans l’histoire de l’Art, on constate, que le «paysage» a toujours été considéré comme secondaire. Exécuté en atelier, il servait de fond pour les sujets religieux, mythologiques ou historiques. Il faut attendre 1780, pour voir de jeunes artistes partis compléter leur formation en Italie (comme c’était la règle) pour découvrir les beautés et la luminosité du paysage de ce pays. Ils ont peint pour leur propre plaisir, des œuvres qu’ils avaient conservées dans leurs cartons. Et, ce n’est qu’avec Corot (français) puis Constable et Turner (anglais), que le paysage acquît la place qui lui revient, bien avant que les impressionnistes ne peignirent en plein air, les motifs et les couleurs qui s’offraient à leurs yeux sous une lumière constamment changeante. De même, au Maroc, le paysage pur et dur reste limité à quelques rares œuvres. Exception faite de M’Seffer qui, depuis les expositions Aux Oudayas (Rabat 1987) et à EL Wacetey (Casablanca 1994) et surtout depuis l’écrit de Khaïr- Eddine,  s’est livré à une recherche interminable sur la nature marocaine et ses composantes ciel, terre, mer et sable, essayant de tirer la quintessence de la beauté insaisissable du paysage, dans sa majestueuse immensité, sublimé par un ciel généreux et dominant. Cet émerveillement devient un acte de foi et de recueillement au point de «vouloir héler» le ciel, dont il essaie de fixer le mouvement et la luminosité dans leur cheminement. Que devient l’homme dans cet univers de M’seffer ? Il fait parti de l’œuvre et ne peut donc se regarder. Il est là, méditant dans le silence le plus absolu. Et quel que soit le bruit à l’entour, celui-ci est absorbé par l’immensité de l’univers et dissous dans la luminosité de la voûte céleste. Khaïr-Eddine disait que « La peinture est avant tout une lumière, et que cette lumière est le résultat d’une fusion de la matière. Il n’y a pas de lumière sans fusion nucléaire et il n’y a pas de peinture sans fusion des couleurs ».   Après une participation constante à des  expositions collectives importantes voilà que M’Seffer dédie une grande exposition à son ami Khair Eddine, à la galerie MemoArts, en avril 2008.   Il reste actif et se consacre à une recherche continue, en frôlant l’abstraction, sans jamais se départir de la nature qui reste son domaine de prédilection. Il a été jusqu’à se détacher de la toile pour s’intéresser au papier… Aurait-il abandonné la peinture à l’huile qu’il privilégiait tant ? Que non ! Ses expérimentations sur tout type de papier lui ont ouvert des voies nouvelles, peignant souvent à la spatule et surtout avec ses doigts. Cela donne des possibilités inimaginables car le paysage semble, comme par miracle, surgir de la main de l’artiste… A voir et à délecter… paysages panoramiques divers et variés, où le ciel garde une place prépondérante, comme pour rappeler la petitesse de la terre dans l’univers. Voilà le domaine féerique, tout calme, silence et méditation… C’est le monde de M’Seffer…  Un monde sublime… et reposant… Évidemment toute recherche mène vers l’écriture. Ne faut-il pas prendre note et faire des analyses et des constats ? Comment s’étonner qu’il se mette à s’exercer à cette autre manière de s’exprimer ? Le voilà nous offrir un écrit où la réflexion se mêle à la poésie, où l’âme de l’artiste se dévoile dans un heureux discours… A lire donc cette autobiographie : « M’Seffer et la peinture », qui devait être une biographie, mais le hasard en a fait autrement… «Voilà tout», comme dirait Mohamed Khair-Eddine…

*Artiste plasticien et chercheur

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

Ainsi va l'Afrique

Le Bouteflika burundais Le Bouteflika burundais actuel  président du Burundi s’entête toujours à vouloir violer, coûte que coûte, la Constitution de son pays. Il a ainsi décidé de se repr...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...