journal albayane

Le retour des fourmis PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Écrit par Mostafa Houmir   

Humeur

Faisant mon jogging matinal sous ordonnance médicale, j'avais l'agréable habitude de trouver sur mon chemin pédestre de longues petites files noires: Fourmis en peine activité et labeur quotidiens. Infatigables, tenaces, déterminées, disciplinées, méthodiques, organisées, elles transportaient leur pitance vitale à leur fourmilière... Les fourmis ne connaissent ni repos ni détente. Elles n'ont droit ni aux jours fériés ni aux vacances. Elles supportent sans se plaindre des fardeaux souvent plus lourds et plus volumineux qu'elles. Quelle endurance! Quelle résistance! Quel courage! Quelle force!

Les voyant à l’œuvre, je souhaitais du fond du cœur que mes compatriotes (soit disant appartenir à une race plus intelligente et plus civilisée) deviennent des fourmis ! Ils apprendraient des choses fort utiles dans la vie: D'abord, ils respecteraient (et c'est la moindre des choses) la queue! Désormais, ils attendraient leur tour sans avoir cette envie viscérale de vouloir passer avant les autres. Enfin, ils ne se préoccuperaient plus uniquement et seulement de leur petite personne imbue d’égoïsme et d'individualisme... Ils apprendraient également des valeurs sociales essentielles pour vivre ensemble : Le sérieux, la discipline, l'abnégation de soi, le travail collectif, l'esprit de groupe, l'entraide, la solidarité... Ils deviendraient forcément intègres, honnêtes, probes, droits. Il n' y aurait plus ni corruption ni falsification ni vol ni tricherie ni magouilles ni anguilles sous roche ni coup de piston ni favoritisme ni clientélisme...

Certes, ces petites bestioles ont beaucoup de choses à nous apprendre mais elles sont si minuscules, si silencieuses, si humbles, si modestes qu'on ne les remarque même pas. Il est même des souliers aveugles, égoïstes et indifférents qui les écrase sur leur passage sans leur prêter la moindre attention! Hélas! ...Ils feraient mieux d'écouter les conseils de La Fontaine et cesser d'être des cigales parasites aux cris stridents pour devenir des fourmis travailleuses et laborieuses!

En courant, je fais très attention pour ne point écraser et tuer ces fourmis frêles, faibles et sans défense...Ces derniers mois de froid, mes petites amies ont disparu. Je les imaginais bien à l'abri dans leur demeure souterraine, se gavant de toutes les bonnes choses qu'elles avaient laborieusement amassées en été pour ne point mourir de faim et de froid en hiver. Quelle sagesse!... Je ne les voyais plus. Elles me manquaient un peu...Et comme par miracle, hier matin, elles ont fait leur apparition. Comme ma joie était grande en les revoyant, à la queue leu leu, actives, travailleuses et sérieuses !

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

Ainsi va l'Afrique

Le Bouteflika burundais Le Bouteflika burundais actuel  président du Burundi s’entête toujours à vouloir violer, coûte que coûte, la Constitution de son pays. Il a ainsi décidé de se repr...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...