journal albayane

Agir sur les déterminants socio-économiques de la santé PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ouardirhi Abdelaziz   

2e campagne nationale de dépistage de la tuberculose

Le ministère de la Santé lance, du 24 mars au 24 avril, la deuxième campagne nationale de dépistage de la tuberculose, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose, organisée cette année sous le thème «Contre la tuberculose, passons à la vitesse supérieure».

Le lancement officiel de cette  campagne de dépistage de la tuberculose a eu lieu le vendredi 27 mars 2015 au niveau du centre de santé Bousmara (Préfecture Casa Anfa) et au niveau de la prison locale de Ain Sebaa (ex. Prison Okacha). L'objectif des autorités sanitaires est de parvenir à l'éradication de cette maladie infectieuse à l'horizon 2050.

En 2014, le plan national de la lutte contre la tuberculose a détecté 27.747 cas de tuberculose, tous les cas bénéficient d’une prise en charge totale gratuite dans les établissements sanitaires, de 6 mois minimum et dont certains nécessitent une prise en charge de 18 mois  d’un cout de 34.000 DH  par malade atteint de tuberculose  multi résistante. Cette maladie affecte dans une grande proportion les adultes jeunes vivant dans le milieu urbain, notamment dans les quartiers défavorisés et à forte densité de population.

Le programme national de  lutte anti-tuberculose, conduit par le ministère de la Santé a permis un recul de  l’incidence depuis 1988, le taux de détection est maintenu à ce jour à plus de 85 % et le taux de succès thérapeutique atteint 90 %. Ces résultats ont été possibles grâce aux efforts combinés du ministère de la Santé et ses partenaires, notamment le Fonds mondial de lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose, ainsi que les associations de  la société civile qui réalisent un travail de proximité  en matière de sensibilisation des malades tuberculeux  et de relance des personnes malades  ayant abandonné leur traitement.

Des résultats encourageants

Malgré cette réussite, la lutte contre la tuberculose reste en deçà des aspirations, tant les  déterminants de la maladie restent présents, c’est le cas conditions socio-économiques défavorables.  L’infrastructure spécialement dédiée à la lutte anti-tuberculose est constituée de 62 centre de diagnostic  et de traitement de la tuberculose  et des maladies respiratoires  repartis sur l’ensemble des préfectures et provinces du royaume , 72 centre de santé  intégrés  et 2 services de traitement  spécialisés de la tuberculose  multi résistante  au niveau des CHU de Rabat et  de Casablanca

La première campagne de dépistage de la tuberculose menée en 2014 avait permis de faire bénéficier  de consultations médicales  plus de 41.000 personne, identifié  plus de 3.200 cas suspects de tuberculose, et de diagnostiquer  près de 300 cas de tuberculose.

Cela reste insuffisant, le taux de détection des cas de tuberculose qui est aujourd’hui de  85%, ne satisfait pas le ministre de la santé, le professeur Louardi a tracé des objectifs clairs qui visent à revoir à la hausse le  taux de détection des cas de tuberculose, celui-ci devra atteindre plus de 95% d’ici 2016. C’est ce qui explique en grande partie la décision du ministère de la santé d’organise une 2e campagne nationale de dépistage.

Cette deuxième édition se fixe comme objectifs de sensibiliser sur la tuberculose les populations à haut risque. C’est le cas des population des quartiers à charge élevée de tuberculose, des population carcérale des prisons, des bénéficiaires des établissements de protection sociale et des centres de protection de l’enfance (CPE) , les personnes en contact permanent avec  les patients tuberculeux et les personnes vivant avec le VIH, ainsi que les malades diabétiques…

Le ministère de la Santé n’a pas lésiné sur les moyens humains, matériels et logistiques pour mener à bien cette 2e campagne nationale de dépistage  de la tuberculose.

Sont mobilisées toutes les équipes des directions régionales et des délégations provinciales de la santé concernées par la campagne. Les médecins spécialistes en pneumo-phtisiologues des centre de diagnostic  et de traitement de la tuberculose  et des maladies respiratoires (CDTMR), des centres hospitaliers provinciaux (CHP), ceux des hôpitaux régionaux (CHR) , les infirmiers bacilloscopistes, les techniciens de radiologie des CDTMR, ainsi que les médecins et le personnel paramédical des Centres de santé des quartiers concernés par la campagne, sans oublier les médecins et infirmiers des établissements pénitentiaires.

Pour permettre de réaliser dans de bonnes conditions le diagnostic radiologique,  les appareils de radiographie mobile  des urgences, de la fondation Mohammed V pour la  solidarité, de la CNSS et des associations seront tous mis à contribution.

Durant toute la période du 24 mars au 24 avril 2015, les  équipes du  ministère de la Santé chercheront a détecter 300 cas de tuberculose toutes formes au niveau des 6 régions à forte incidence (Grand Casablanca, Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, Gharb-Chrarda Beni Hssen, Fès Boulemane, Tanger-Tétouan et Sous massa Draa).

Protéger les démunis

Ceci étant , pour l’année 2015 , l’objectif du ministère de la santé est d’atteindre des taux de détections de tuberculose de 95%, soit près de 4.800 nouveaux cas qui seront ainsi dépistés, un objectif réalisable que tous les professionnels de santé au niveau des différentes préfectures et province du Maroc,  chercheront à atteindre voir à dépasser, c’est ce qui a motivé en grande partie, le lancement  de cette 2e  campagne nationale de dépistage de la tuberculose.

Sans chercher a être défaitiste ou à ne voir que la moitié vide du verre comme c’est la spécialité de certains, il nous faut reconnaitre que la détection des cas de tuberculose est une excellente chose, que le diagnostic permet de démarrer le traitement et que le malade pourra espérer guérir de sa maladie. Mais est à dire que tout est bien ?  Personnellement je dis non.

La tuberculose est une maladie de la misère, de la promiscuité, de l’insalubrité, de la précarité et de la vulnérabilité, qui faut-il le rappeler sont des déterminants  socio-économiques qui pèsent lourd sur la santé des individus.

A ce sujet, il n’est pas déplacé ici de dire que plus on est pauvre, plus on est malade, que le premier facteur  des maladies tant physiques  que mentales, reste le niveau socio-économique des citoyens.

Il ne faut pas croire que le traitement de la tuberculose à lui seul fera des miracles, loin s’en faut, si des solutions adaptées ne sont pas trouvées pour permettre à toutes et à tous de pouvoir vivre dignement, emploi, d’avoir accès à l’eau potable, au logement salubre, une alimentation saine et équilibrée, accès aux soins et aux médicaments…

Les plus vulnérables parmi nos concitoyens sont aujourd’hui les plus touchés par la tuberculose, ce n’est un secret pour personne. C’est bien de dire que la santé est un droit, comme le stipule la nouvelle constitution de 2011, mais le ministère de la santé ne peut pas et ne pourra jamais agir sur les autres déterminants de la santé  et sur ce point précis la pauvreté apparaît comme un incontestable déterminant de l'état de santé des populations.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Interview

Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Peut-on différencier l’écriture en fonction de l’a...

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...