journal albayane

27 mars, journée mondiale du théâtre PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Écrit par Mohamed Nait Youssef   
Bouhcine Messaoud : La situation du théâtre marocain vit des changements assez importants

Lahoucine Echaabi : A quand un théâtre à Agadir ?

Abdelkbir Rgagna : Le théâtre marocain doit répondre aux attentes du public

Les hommes et les femmes de l’ancien art,
le théâtre, ont fêté vendredi 27 mars, leur journée mondiale. Cette journée, initiée par l’Institut international du théâtre (ITI) en 1961, constitue une occasion pour occasion idoine pour s’arrêter sur le bilan des acquis et chercher des nouveaux horizons pour développer le secteur.

«La situation du théâtre marocain vit des changements assez importants, notamment en ce qui concerne le niveau des lois relatives au soutien. Ces dernières années, on trouve qu’il y a un intérêt pour le théâtre, et ce à travers les grandes infrastructures qui ont été inaugurées par Sa Majesté le Roi», nous indique Bouhcine Messaoud, président du Syndicat national des professionnels du théâtre.  Il y a également, a-t-il dit, des ateliers législatifs visant la promotion de ce secteur ainsi que les autres domaines de l’art. Comme la révision, entre autres, de la loi de l’artiste et les droits d’auteurs. «Il faut dire que le théâtre marocain, est en train aussi de vivre une évolution considérable qui donne les prémices d’un nouveau départ, tout en profitant de sa richesse et sa diversité», a-t-il conclu.
De son côté, Abdelkbir Rgagna, acteur et réalisateur, considère la journée mondiale du théâtre comme occasion pour faire le bilan des acquis qui ont été réalisés et  chercher, bien évidement,  de nouvelles perspectives pour développer ce secteur et cet art antique. Au Maroc, a-t-il poursuivi,  les infrastructures culturelles qui ont été inaugurées par Sa Majesté le Roi sont un signe fort sur l’intérêt qu’accorde le Roi au théâtre et aux arts. En effet, le mouvement théâtral au Maroc connait une dynamique, surtout dans les complexes culturels. Or la nécessité de la mise en œuvre de la loi de l’artiste et le soutien des acteurs. Le ministère ainsi que le secteur privé sont des priorités pour la promotion et le développement du secteur. En revanche, le théâtre marocain doit répondre aux attentes du public en travaillant sur la culture et l’identité marocaines, et la contribution des générations, les écoles et les  tendances théâtrales pour élaborer un théâtre fort et prometteur, nous a déclaré le réalisateur à l’occasion.
«En cette journée mondiale du théatre, je  rends un hommage à tous les hommes et femmes de théâtre dans le monde. Cette journée est une occasion pour faire le bilan des choses telles qu’elles sont», nous confie le dramaturge Lahoucine Echaabi. Et d’ajouter : «Notre théâtre est en dynamique, en évolution, en progression et apporte une valeur ajoutée cette année consistant dans les nouvelles procédures de soutien accordé aux troupes professionnelles. Dans ce cadre nous citions la résidence des troupes professionnelles dans un espace de théâtre pendant 3 ans avec un cahier de charge et budget, et chaque troupe doit donner 3 spectacles, animer la vie culturelle sur place  et autres…».

Il faut signaler que la balle aujourd’hui est dans le camp des troupes de théâtre pressionnel qui doivent développer leurs productions, en particulier, et le théâtre en général, a précisé Chaabi. «Quant aux municipalités, les décideurs locaux doivent aussi participer à la promotion du théâtre et  aider les troupes. Un autre point essentiel, c’est celui du renforcement les infrastructures, notamment à Casablanca, Rabat, Oujda, Tanger et  autres. Or, je me demande pourquoi toutes les villes marocaines ont des théâtres sauf la ville d’Agadir ? In fine, j’invite tous les concernés du théâtre ainsi que le ministère de la Culture à penser à une nouvelle stratégie de développer le festival national de théâtre de Meknès pour avoir une renommée internationale», a-t-il conclu.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

Ainsi va l'Afrique

Le Bouteflika burundais Le Bouteflika burundais actuel  président du Burundi s’entête toujours à vouloir violer, coûte que coûte, la Constitution de son pays. Il a ainsi décidé de se repr...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...