journal albayane

Le discours royal d'Ajdir marque le début de l’ère d’ouverture sur l’Amazighité PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Écrit par M’Barek Tafsi   

Addichane à Tinghir


Sinscrivant dans le cadre du processus de démocratisation du Maroc de la modernité et des droits de l’homme, le discours, prononcé par SM le roi Mohammed VI à Ajdir Izayane (province de Khénifra) le 17 octobre 2001, marque le début de l’ère d’ouverture sur l’Amazighité et sa reconnaissance dans le contexte pluriculturel marocain, dans ses dimensions de langue, de culture et d’histoire, a affirmé Mustapha Addichane, membre du Bureau politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Il a en outre précisé que le PPS, qui a toujours milité pour la promotion de l’Amazighité, avait favorablement accueilli le contenu de ce discours.

Dans ce discours, le Souverain avait en effet souligné que «l’amazighité qui plonge ses racines au plus profond de l’histoire du peuple marocain appartient à tous les Marocains, sans exclusive, et elle ne peut être mise au service de desseins politiques de quelque nature que ce soit».

«L’Amazighité dans l’histoire du PPS»

Ce discours a été suivi par la création de l’Institut royal de la culture amazighe en 2001, l’introduction progressive de l’amazigh dans le système éducatif depuis 2003, l’adoption du caractère tifinagh pour l’écriture de la langue amazighe, le lancement de la chaîne amazighe en janvier 2010 et par là un meilleur rayonnement de la culture amazighe dans l’espace social, culturel et médiatique national, a-t-il affirmé au cours d’une conférence organisée samedi 28 mars par la section de la Jeunesse socialiste de Tinghir en coordination avec la section provinciale du PPS sous le thème : «l’Amazighité dans l’histoire du PPS».

Il a rappelé dans ce cadre que depuis sa création en 1943, le parti a inscrit la promotion de la culture et des langues amazighes dans ses priorités et a milité et continue de lutter pour ce faire. Il s’est arrêté en particulier sur le programme du deuxième Congrès national du parti, en 1979, dans lequel le parti avait attiré l’attention sur la nécessité de tenir compte des particularités amazighes et de les intégrer dans la culture nationale. Dans ses documents, le parti insiste en effet sur la diversité de la culture et des langues marocaines, précisant que le PPS a de tout temps réclamé la reconnaissance de l’authenticité des langues et cultures amazighes, en tant que composantes enrichissantes fondamentales de la culture du pays.

Au cours de cette conférence, tenue sous la supervision du jeune militant Ahsaine Hsaine, membre de la Jeunesse socialiste de Tinghir, Addichane a rappelé que le PPS a consacré une grande partie de la thèse de son 6e congrès national aux langues et cultures amazighes, qu’il traite selon une vision globale du Maroc culturel, riche de son histoire séculaire et de sa civilisation aux diverses affluents dans le cadre de la dialectique de l’unité et de la diversité, en appelant à l’enseignement de l’amazighité dans les universités et instituts nationaux et la révision du traitement consacré à l’amazighité dans les médias publics.

Un patrimoine national


Il s’est arrêté dans le même ordre d’idées sur le document élaboré par le parti à la fin du siècle dernier sous l’intitulé «Les langues et les cultures amazighes, partie prenante du patrimoine national» comme il a mis en exergue les recommandations issues du colloque national organisé en 2008 par le parti appelant notamment à accorder aux langues et cultures amazighes l’intérêt qu’elles méritent au même titre d’ailleurs que la langue et culture arabes.

Selon le conférencier, le PPS est longuement revenu sur la question dans les thèses et documents de son 8e congrès national en soulignant notamment la nécessité de constitutionnaliser l’Amazighité et d’adopter une approche participative avec les composantes et acteurs du mouvement amazigh avant et après la Constitution de 2011, et ce dans le cadre du mémorandum présenté par le parti.

Evoquant la participation du PPS à l’actuel gouvernement, le conférencier a indiqué qu’il s’agit d’un choix démocratiquement décidé dans le cadre des instances du parti dans le but de contribuer à la poursuite des chantiers de réformes ouverts depuis le premier gouvernement d’alternance et des autres gouvernements auxquels il a participé et ce dans l’intérêt du pays et du peuple avant tout.

Le PPS participe en effet à l’expérience gouvernementale en cours sur la base d’un programme précis visant la mise en œuvre des dispositions de la Constitution et des réformes prévues dans ce cadre, a-t-il expliqué, rappelant que le PPS continue en effet son action de l’intérieur du gouvernement pour activer l’implémentation de la loi organique concernant les différents étapes de l’aspect officiel de la langue amazighe et de la loi organique relative au Conseil supérieur des langues et des cultures.

Prenant la parole, le secrétaire de la section du PPS à Tinghir, Mustapha Moufid a rappelé que cette rencontre s’inscrit dans le cadre du programme culturel de la section en partenariat avec la section de la Jeunesse socialiste à Tinghir.

Pour sa part, le militant Hassan El Bekraoui, membre de la Jeunesse socialiste, a indiqué que le choix du thème de cette conférence traduit de manière claire l’intérêt particulier que le PPS et ses organisations parallèles accordent à l’Amazighité, précisant qu’il est du devoir des jeunes de s’engager en masse dans les organisations progressistes pour faire valoir leurs droits.

A l’ouverture de cette rencontre, l’assistance a observé une minute de silence et lu la Fatiha pour le repos de l’âme de feu Haddache Moha, décédé à un âge de plus de 90 ans. Le défunt originaire de Ksar Ait Daoud dans la commune rurale d’Ait Hani, cercle Assoul dans la province de Tinghir était un fervent militant PPS, qui a toujours participé aux activités de son parti, y compris le dernier meeting organisé à Tinghir avec la participation du Pr El Houssaine Louardi, ministre de la Santé et membre du BP du PPS.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

Ainsi va l'Afrique

Le Bouteflika burundais Le Bouteflika burundais actuel  président du Burundi s’entête toujours à vouloir violer, coûte que coûte, la Constitution de son pays. Il a ainsi décidé de se repr...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Interview

Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Peut-on différencier l’écriture en fonction de l’a...

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...