Un bilan 2014 jugé positif et satisfaisant Imprimer
Actualités
Écrit par Fairouz El Mouden   

Politique de bon voisinage Maroc-UE

Le récent rapport d’évaluation des actions mise en œuvre dans le cadre de la politique européenne de bon voisinage (PEV) entre le Maroc et l’UE couvrant la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2014 est qualifié de satisfaisant. Le Royaume poursuit son processus de réforme et de mise à niveau de son économie. Plusieurs avancées ont été réalisées dans différents domaines (réforme de la justice, migration, régionalisation, code de la presse, lois organiques des finances). Néanmoins,  certaines régressions ont été enregistrées, notamment pour ce qui est des projets de loi sur l'accès à l'information et de lutte contre la corruption.

Le Maroc, qui bénéficie du Statut avancé depuis 2008 poursuit sa bonne marche du chantier des réformes. Le bilan de l’année écoulée est qualifié de positif : mise en œuvre de la nouvelle politique sur la migration et sur l'asile, la réforme du code de la justice militaire, l'adoption de la loi de finances organiques, ratification du protocole facultatif se rapportant à la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradante (OPCAT).

Le rapport en question recommande par ailleurs de revoir les projets de loi relatifs à  l'accès à l'information, accusé de limiter le champ d’application de la loi et celui de la lutte contre la corruption, en raison du manque de pouvoir d'investigation pré-judiciaire et d'auto-saisine de l'Instance nationale de la probité et de la lutte contre la corruption.

De même, les efforts du Maroc pour la mise  en œuvre de la Constitution de 2011 devront s'accélérer notamment pour la promotion de la concertation avec la société civile, l'égalité des sexes ainsi que le renforcement des libertés d'association, de rassemblement et d'expression. Les différentes instances créées par la Constitution devraient rapidement devenir opérationnelles, indique le rapport. La société civile, souligne le document, est un partenaire important pour l’UE.

Pour ce partenaire stratégie du Maroc, la politique macroéconomique engagée en 2014 reste prudente. Les pronostics tablent sur un taux de croissance du PIB de 4,7%  et un déficit de la balance commerciale et de paiement en régression  grâce à la réforme de la Caisse de compensation.

Bref, globalement, le Maroc a fait des progrès importants dans la mise en œuvre de la PEV, via la consolidation des droits de l’homme, la réforme de la justice et une politique migratoire ambitieuse.

Les recommandations du rapport d’évaluation place le chantier de la lutte contre la corruption en pôle position des actions urgentes. Il propose d’accélérer le rythme d’adoption des lois organiques, la mise en œuvre du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et  la réforme de la justice.

D’autres recommandations stipulent la lutte contre toutes les formes de discrimination, de violence à l’égard des femmes, des migrants et la protection de l’enfance. Il est aussi question d’approfondir le rapprochement avec l’acquis de l’UE et la concrétisation du plan national de convergence réglementaire.

L’UE défend aussi un développement équilibré des territoires, une stratégie inclusive de l’emploi, une lutte acharnée contre la pauvreté  et les inégalités sociales. Le rapport recommande enfin la poursuite des négociations de l’ALECA entre les deux parties ainsi que la mise en œuvre du partenariat de mobilité, notamment par des négociations en matière de visas et de réadmission.