Une priorité pour le gouvernement Imprimer
Actualités
Écrit par La Rédaction   

Questions de la formation et de l'emploi


Le gouvernement accorde une grande priorité aux questions de formation et de l'emploi, à travers l'adoption d'approches participatives et le renforcement du dialogue social, a affirmé le ministre de l'emploi et des affaires sociales, Abdeslam Seddiki.

Intervenant vendredi à Errachidia lors d'une rencontre organisée par l'Agence Nationale de Promotion de l'Emploi et des Compétences (ANAPEC), sous le signe «l'ANAPEC, un partenaire des initiatives locales», M. Seddiki a souligné que le nouveau plan gouvernemental est axé sur une série de mesures visant en premier lieu à consolider les capacités institutionnels de l'ANAPEC, à élargir son réseau et à donner corps au système d'intervention de son administration afin qu'elle s'ouvre davantage sur d'autres partenaires économiques.

La question de l'emploi des jeunes nécessite désormais une approche prioritaire fondée sur par la volonté résolue, le réalisme et la créativité, a-t-il estimé. Dans ce cadre, le ministère de l'emploi s'attèle à la réalisation d'une étude diagnostique du marché du travail, et ce en coopération avec le bureau international du travail (BIT), a fait savoir le ministre, soulignant que cette stratégie fondamentale pour la promotion de l'emploi permettra d'identifier les principaux défis, ainsi que les priorités qui seront accordées pour l'emploi, à même de tracer un suivi et élaborer un plan d'action à moyen et long terme.

Cette stratégie, a poursuivi M. Seddiki, revêt une importance particulière car elle sera la clef de voûte pour trouver de l'emploi notamment dans les secteurs de l'industrie, du tourisme, de l'artisanat et la pêche maritime. Pour le ministre, l'observatoire national de l'emploi qui vient de voir le jour récemment se veut un outil d'aide à la décision pour détecter les anomalies au niveau de la formation continue et de la formation initiale, afin de les adapter aux besoins du marché de l'emploi.

Selon M. Seddiki, la mise en œuvre et la réussite de n'importe quelle stratégie requiert en premier lieu la conjugaison des efforts et l'adhésion et l'implication de tous les acteurs locaux et régionaux, ainsi que la mise en place des initiatives locales qui respectent les spécificités de chaque région.

M. Seddki, après avoir souligné l'importance de cette rencontre, a annoncé qu'il sera précédé à la signature de partenariats entre l'ANAPEC, l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), l'université et la faculté pluridisciplinaire de la province.

Cette initiative, a fait savoir le ministre, permettra ainsi d'assurer plus de proximité avec les demandeurs d'emploi, le développement de l'auto-emploi , à travers la création des activités génératrice de revenu, ainsi que l'accompagnement des porteurs de projet et les lauréats jusqu'à leur insertion dans le monde du travail.

Les autres intervenants ont été unanimes à mettre en exergue l'importance de cette rencontre qui vise en premier lieu à mettre en avant les nouvelles actions engagées par l'ANAPEC, qui a réussi à réinventer l'offre de ses services, en permettant aux chercheurs d'emploi et aux entreprises de se retrouver aisément dans les prestations offertes, et de disposer d'une plus large accessibilité.

Par ailleurs, l'ANAPEC a lancé en mai 2013 un projet d'excellence baptisé «Anapro», dont la finalité est la professionnalisation et le développement des compétences au service du client, et l'amélioration de l'efficience du management des ressources humaines et matérielles.