Gajmoula Bent Abbi, Leila Ghandi et Loubna Mouna racontent leurs parcours Imprimer
Actualités
Écrit par Danielle Engolo   

Table-ronde de l’APD

C’est dans une atmosphère conviviale dans un hôtel de Casablanca que trois femmes marocaines inspirantes, bien qu’au profil différent, ont partagé leur parcours de vie à plusieurs jeunes femmes. Gajmoula Bent Abbi, Leila Ghandi, Loubna Mouna se sont exprimées sans ambages sur leurs expériences, utilisant parfois ironie, anecdotes pour détailler et décrypter leur ascension sociale au public jeune, au cours d’une table ronde organisée jeudi 26 mars par l’association pour le progrès des dirigeants (APD) sous le thème «le womanagement au Maroc : des femmes qui surprennent». Femme politique, femme de média, commandant de bord à la Royal Air Maroc, leurs parcours ont tous quelque chose à imprimer dans la vie des autres femmes.

Avec sa tenue rappelant la femme Sahraouie, Gajmoula Bent Abbi, femme politique militant au sein du Parti du Progrès et du Socialisme dégage une aura de sagesse. Son regard, sa prise de parole sont empreints d’un long parcours qui  l’a forgée et hissée à plusieurs postes politiques. Dans ses mots, reviennent inlassablement son parcours de militante sahraouie et son engagement politique. Députée, présidente de la commission de l’Enseignement, de la culture et de la communication au parlement, Gajmoula Bent Abbi s’est exprimée sur le leadership au féminin, la place de la femme dans les instances du PPS. La parlementaire s’est inscrite en faux contre le discours «soit la carrière professionnelle, soit le foyer» avancée par certains. Les femmes peuvent concilier vie professionnelle et foyer, mais tout cela devrait se faire avec le soutien des hommes et un changement  de mentalités de la société.

Dans ses mots, la sagesse apparait. Ses interventions ont quelque chose de particulier. Elles touchent au fond et inspirent. Leila Ghandi, femme de médias, incarne l’image de la femme qui peut inspirer, même étant jeune. L’expérience et la sagesse ne reviennent pas qu’aux femmes âgées et aguerries par le temps.  Elle aligne avec rapidité ses propos, mais parvient toujours à émouvoir l’assemblée. «Il faut mettre les idées en pratique», «il faut avoir le courage d’exprimer ses idées», «on peut être épouse, mère et être libre de faire, penser», «Il faut donner une autre image de la femme arabe, musulmane». Autodidacte, Leila Ghandi, journaliste, écrivain, photographe, se veut un nouveau modèle de femme au Maroc, cette femme qui  se donne les moyens d’accomplir sa vision. «Tout n’arrive pas tout de suite», confie-t-elle. «La chance se provoque, se travaille. Il ne faut pas avoir peur de travailler, de viser l’excellence», interpelle-t-elle les femmes présentes dans l’audience, les appelant à impacter le monde. «L’impact ce n’est pas seulement la politique, mais aussi les médias, la culture». «J’ai toujours voulu impacter. J’ai fait sciences po; j’ai même eu un travail dans les relations internationales, mais j’avais une passion. Quand j’ai décidé de quitter mon travail et me tourner vers ma passion, plusieurs personnes m’ont critiquée, mais aujourd’hui elles me disent que j’ai fait un bon choix, j’ai eu la chance», raconte-t-elle. Mais pour elle, la télévision, la radio ne sont pas une fin en soi, juste des vecteurs. A seulement 35 ans, l’animatrice de l’émission «voyage avec Leila Ghandi», enregistre une audience de 2 millions de personnes.

«J’ai vécu dans un environnement très propice, avec un père qui a cru en moi, un mari qui m’a toujours encouragée, avec qui je partage la même profession et j’ai travaillé avec des hommes qui ont eux aussi cru en moi», confie Loubna Mouna, commandant de bord à la RAM. La femme, plus de la quarantaine, coupe de cheveux masculine, s’exprime avec aise sur sa vie. Les mots n’échappent pas à sa bouche et racontent avec minutie les vicissitudes de la vie qui, malgré tout ont forgé son ascension présente. «J’ai puisé mes forces dans mon aïeule qui avait un très fort sens de responsabilité, d’abnégation et de la détermination», révèle Mouna à son public. Pour elle, les exemples, les modèles pour nos vies sont autour de nous. Pas besoin de les chercher toujours au loin.

Pas besoin d’aller toujours à l’autre bout du monde pour construire une vie inspirante et exceptionnelle. «J’ai fait tout mon parcours au Maroc ; je suis restée attachée à ma culture», déclare fièrement la femme qui fait partie des 13 femmes commandant de bord que compte le Maroc sur un total de 450 femmes commandants de bord au monde. Mais, cette vie exceptionnelle a aussi été jonchée de défis. «J’ai dû quelque fois faire valoir mes droits de femme et mère auprès de mes responsables lorsque je devais par exemple allaiter mon enfant. J’ai dû confronter les critiques et les remontrances de certain (e)s collègues face à ma détermination à concilier vie professionnelle et familiale». Face à l’actualité brûlante du crash de l’Airbus A320, la femme confie les challenges de la profession qu’elle doit relever au quotidien, entre autres le respect des processus, des normes, la gestion de l’équipe à l’image d’un chef d’entreprise. «C’est difficile, mais tout de même possible», encourage-t-elle son audience à majorité féminine. Il ne faut pas toujours abandonner sa carrière, pour gérer le foyer. Les deux sont conciliables, mais avec le soutien des hommes.