Un taux de remplissage de 82,8% au 31 mars 2015 Imprimer
Actualités
Écrit par La Rédaction   

Barrages


Les retenues des principaux barrages du Royaume, tous usages confondus, ont atteint plus de 12,97 milliards de m3 à la date du 31 mars 2015, enregistrant ainsi un taux de remplissage de 82,8%, contre plus de 11,37 milliards de m3 (72,6%) à la même date de l'année précédente, selon la situation journalière des barrages, publiée sur le site du ministère délégué chargé de l'eau.

Six barrages ont ainsi pu atteindre un niveau optimal avec un taux de remplissage de 100%, à la faveur des importantes et exceptionnelles précipitations qui se sont abattues dernièrement sur l'ensemble du territoire national.
Il s'agit de Sahla qui est passé de 99,6% le 31 mars 2014 à 100% le même jour de 2015, de Bouhouda (de 86% à 100%), de Timinoutine (de 81,6 % à 100 %, de Yaakoub Mansour (de 19,4% à 100%), de Aoulouz (de 55,9% à 100%) et de Mokhtar Soussi (de 40,2% à 100%).
De même, les deux barrages de Nakhla et de Sidi Said Maachou ont maintenu leur taux de remplissage de 100 %, atteint il y a un an, précise-t-on de même source.
Une progression des taux de remplissage a été constatée essentiellement au barrage Emi El Kheng qui est passé de 57,6% le 31 mars 2014 à 88,1% le même jour de 2015, Youssef ben Tachfine (de 36,8% à 86,6%), au barrage Mansour Eddahbi (de 27,4% à 99,7%), Hassan Addakhil (de 14% à 74,3%), Lalla Takerkoust (de 17,7% à 91,1 %), Hassan 1er (de 43,2% à 94,6%), au barrage Saquiat AlHamra (0% à 66,4%) et au barrage Moulay Youssef (57,5 % à 99,8%).
Le Département relève, toutefois, des baisses des réserves d'eau dans certains barrages, dont celui de Hassan II (passé de 82,9% à 70,9%), Dkhila (de 87,5% à 38%), SMIR (de 85,6% à 58,5%) et de Twuizgui Ramz (de 19,3% à 0%).
Les retenues des principaux barrages du Royaume, tous usages confondus, ont atteint près de 12,32 milliards de m3 à la date du 04 mars 2015, enregistrant ainsi un taux de remplissage de 78,7%, contre 11,44 milliards de m3 (73,1%) à la même date de l'année précédente, rappelle-t-on.