Joli test pour les Lions de l’Atlas malgré la défaite déméritée Imprimer
Actualités
Écrit par Houssine Boubeker   

Maroc - Uruguay  en amical (0-1)


Le match amical ayant mis aux prises à l’occasion de la trêve internationale de la FIFA, samedi dernier dans la soirée, au grand stade d’Agadir, l’équipe nationale du Maroc et son homologue de l’Uruguay a tenu toutes ses promesses que ce soit au niveau technique et footballistique qu’au niveau de la présence du public avec une affluence de 38.912 spectateurs payants.

Encouragés par un public soussi enthousiaste et les autres supporters venus des autres coins du Maroc , les hommes de Badou Zaki ont fourni une jolie prestation, et ils ont su créer une série d’occasions lamentablement loupées par Boussoufa (20’) et surtout par Hamdallah qui a vu sa jolie talonnade repoussée par le poteau gauche du gardien Uruguayen Muslera (44’).

Quelques occasions de but ont été également créées par Cavani et consorts, mais ils ont été avortées par la défense du Onze national bien orchestrée par Mehdi Benatia.

Au retour des vestiaires, et suite à un contre rapide de l’Uruguay, Diego Rolan fut fauché par Issam El Adoua, l’arbitre sénégalais siffla un penalty que transforma le sociétaire du Paris SG, Edinson Cavani (50’).

Malgré la grande pression exercée par les Uruguayens sur nos joueurs du milieu de terrain et notamment sur le porteur du ballon, les Lions de l’Atlas ont dominé à outrance leurs adversaires dans le dernier quart d’heure, à maintes reprises surtout après l’entrée de Mohcine Iajor, mais sans parvenir à tremper la vigilance du gardien Muslera, qualifié de héros du match.

Dans l’ensemble, peu importe la défaite déméritée, car c’est pratiquement pour la première fois que l’équipe nationale réussisse du beau football, même avec un esprit de jeu plus moins collectif. Ce fut donc un bon test pour « les lions de l’Atlas » devant une équipe uruguayenne mondialiste qui reste réaliste et très disciplinée au niveau tactique. Il s’agit également d’un bon test pour les deux sélections qui se préparent pour la Coupe du Monde 2018 en Russie, mais aussi et surtout pour l’Uruguay qui pense à la prochaine Copa América. Le Maroc, lui, n’a pour le moment que le prochain Mondial russe, en attendant le verdict du TAS au début du mois d’avril, et en souhaitant qu’il ait gain de cause concernant le litige l’opposant à la CAF qui a pris la décision injuste d’éloigner les Lions de l’Atlas des deux CAN 2017 et 2019 après la disqualification de la CAN 2015 qu’il devait organiser avant de demander son report pour cause du spectre mortel d’Ebola.

Affaire toujours à suivre…