Un dossier qui perdure des décennies durant Imprimer
Écrit par Saoudi El Amalki   

Affaire du lotissement Lagouira d’Agadir


Depuis déjà 1982 que l’affaire de ce qu’on appelle «Lagouira» est toujours en suspens. Le lotissement en question qui devait loger des centaines de familles, s’est transformé en cauchemar, après que les attributaires aient procédé aux premières avances, justifiées par des récépissés, en bonne et due forme.

On croit bien savoir que les ayants-droit se sentaient, il y a juste, quelques trois mois, rassurés, après être convoqués, novembre dernier, pour se soumettre au tirage au sort relatif à l’affectation des lots. Mais, à leur grande surprise, l’opération n’a pas eu lieu, pour absence des autorités locales, affirment certaines des manifestants ayant observé un imposant sit-in, jeudi dernier, devant le siège de la Wilaya d’Agadir.

Les plaignants ne parviennent pas, disent-ils, ce désistement inexpliqué, alors que tout semble rentrer dans l’ordre. Selon un accord établi et validé par toutes les parties concernées, environs 460 bénéficiaires devaient, en effet, s’octroyer leur terrain sur le lotissement en question, à moins de 54 m2, même si, déclarent-ils, la superficie initiale à laquelle ils avaient aspiré, était estimé à 80 m2. Le reste des victimes devait s’attribuer son lot au Haut-Taddart, un quartier, à proximité d’Agadir. Ceci étant, les manifestants se sont appuyés sur une multitude de structures associatives qui soutiennent leur mouvement revendicatif. D’après un communiqué dont on dispose d’une copie, ces instances expriment leur solidarité aux victimes de cet atermoiement incompréhensible, car, depuis déjà plus de trois décennies, cette problématique perdure. Ce blocage qu’ils considèrent irrégulier porte préjudice aux ayant-droits et réclament vivement le dénouement de cette affaire qualifiée d’artificielle, en procédant dans les plus brefs délais à l’opération de tirage au sort comme prévu.