Le souci sécuritaire gâche l’élan de solidarité populaire Imprimer
Régions
Écrit par Saoudi El Amalki   

Manifestation avortée en faveur du peuple palestinien à Tan Tan

A l’instar de plusieurs régions du pays où les expressions de solidarité avec le peuple palestinien s’accentuent à des rythmes relevés, les instances politiques, syndicales, des droits de l’homme et de la société civile se sont mobilisées pour exprimer leur colère devant les génocides israéliens perpétrés contre les enfants, les femmes et les personnes âgées de Gaza.

Depuis le 31 juillet où avait lieu la première réunion de concertation entre les responsables des instances organisatrices, en présence du secrétaire provincial du PPS à Tan Tan, le camarade Mohamed Mustapha Charafeddine, les préparatifs bon train. Cette rencontre de consultation a été suivie d’un rassemblement mobilisateur de toutes les structures en question afin de mettre en œuvre toutes les dispositions requises, en termes de communication, d’organisation et de logistique. A ce propos, les militantes et militants du PPS, réunis le même jour dans la soirée, étaient déterminés à adhérer, corps et âmes, à cette manifestation d’envergure. Il importe de signaler que le comité de coordination avait déposé, dans la matinée du même jour, la lettre d’information de tenir une marche massive de soutien au peuple palestinien. Mais, le Caid qui assurait l’intérim suite au transfert du Pacha, à l’occasion des dernières nominations du département de l’intérieur, s’abstenait d’arborer la moindre réaction, tant que les instances de sécurité ne se sont pas exprimées à ce sujet. Le lendemain matin, le 2 aout, les représentants de la commission de coordination ont été avisés sur la décision d’interdiction de la marche. Ces derniers ont manifesté leur demande insistante d’avoir un document écrit de l’interdiction, mais les autorités ont rejeté cette demande et se sont contentées de l’acte verbal. Cette interdiction formelle concerne aussi toutes formes de manifestations en direction du peuple palestinien. Devant cette position catégorique, le représentant du PPS avait suggéré aux représentants des autres partenaires de se conduire d’une manière pondérée et de tenter de trouver d’autres formules de manifestations militantes sans s’exposer aux éventuels incidents. Au terme des échanges qui ont émaillé la réunion tenue, au même jour de l’interdiction, il a été décidé de tenir un sit-in devant le siège du parti de la justice et du développement, au lieu de la marche, décidée auparavant et revenir à celle-ci, quand les conditions de réussite le permettront. Le lendemain, 3 aout, en fin d’après midi, les lieux du sit-in, notamment aux abords des avenues Hassan II et Ibn Sina,  ont été lourdement encerclés par les services d’ordre et les unités d’intervention rapide. Cependant, au moment de la mise en place des attroupements de manifestants de toutes les tendances politiques, syndicales, associatives et des droits de l’homme, ainsi que les citoyens, ces derniers ont été surpris des assauts massifs et violents des forces de l’ordre, en tentant de disperser ces rassemblement et en proférant des propos obscènes à l’encontre des populations sévèrement molestées. Plusieurs militantes et militants du PPS ont ainsi reçu des coups virulents, notamment le camarade Salem Chiaho (coups au genou), la camarade Malika Bakka (coups au bras) et le camarade Salama Bouchama, membre du conseil national de la jeunesse socialiste (coups à la tête). Tous ces blessés n’ont été transportés à l’hôpital qu’après une heure de ces incidents déplorables. De surplus, les responsables de l’hôpital ont refusé de remettre aux victimes des certificats attestant leurs blessures et de repos de maladie. Voilà donc des réactions irréfléchies du Pouvoir, hanté par l’excès de souci sécuritaire qui, hélas, ne fait que ternir l’image du Maroc. Mais, le peuple est toujours prêt à dépasser ces comportements rétrogrades et exprimer, haut et fort, son association aux malheurs du peuple palestinien et son indignation contre les carnages despotiques des tortionnaires sionistes.