Mme Afilal souligne l'impératif et l'urgence de la révision de la loi sur l'eau Imprimer
Écrit par La Rédaction   

Fès


La ministre déléguée auprès du ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement chargée de l'Eau, Charafat Afilal, a souligné, mercredi à Fès, l'impératif et l'urgence de la révision de la loi sur l'eau eu égard aux nouveautés et changements rapides qui ont affecté le secteur de l'eau et sa gestion.
S exprimant à l'ouverture des travaux de la rencontre de concertation sur la révision de la loi 10.95 sur l'eau, Mme Afilal a fait savoir que la loi actuelle sur l'eau a accompli ses fonctions tout au long des vingt dernières années.
Elle a également indiqué que la qualité des textes juridiques ne se mesure pas uniquement par leur mise en œuvre en temps opportun par les parties concernées mais également par leur adaptation à la réalité et leur capacité à faire face aux problèmes posés en la matière, outre la satisfaction des attentes et des aspirations de la population.
Cette rencontre de concertation à la quelle prennent part les représentants des différents secteurs ministériels, des établissements publics et de la société civile vise à élaborer un nouveau projet de loi qui réunit les conditions d'application, a-t-elle rappelé, notant que le ministère œuvre en partenariat avec les parties concernées pour faire de l'eau un facteur de développement en dépit des contraintes liées à la rareté des ressources hydriques.
Evoquant les différents textes juridiques relatifs au secteur l'eau qu'a connus le Maroc depuis le Dahir de 1914, la ministre déléguée chargée de l'Eau a souligné que le Maroc a procédé depuis les années 90 du siècle dernier à la réforme du cadre institutionnel et juridique du secteur de l'eau à travers la promulgation la loi 10-95.
Cette loi, a-t-elle dit, qui a réalisé de nombreux acquis sur les plans de la gouvernance des ressources hydriques, nécessite désormais une révision pour relever les nouveaux défis et assurer une meilleure gestion des ressources en eau.
De son côté, la directrice de l'Agence du bassin hydraulique de Sebou, Mme Samira El Haouat, a noté que cette rencontre de concertation vise à ouvrir un large débat entre le ministère, les différents opérateurs, les acteurs de la société civile œuvrant dans le domaine de l'eau et les représentants du tissu industriel, touristique et agricole relevant de chaque bassin hydraulique, pour écouter leurs propositions et les impliquer dans l'élaboration de ce projet, rappelant, dans ce cadre, les multiples problèmes qui entravent actuellement la gestion du secteur de l'eau particulièrement le chevauchement constaté des fonctions et des missions.
Cette rencontre sur la révision de la loi 10.95 sur l'eau, a été initiée par le ministère délégué chargé de l'Eau sous le thème «Une législation de l'eau adéquate pour une bonne gouvernance des ressources en eau».