journal albayane

Gestion financière, management et autres dysfonctionnements dans le collimateur PDF Imprimer Envoyer
Actualités
Écrit par F. M.   

L’AMDI et l’ANPME épinglées par la cour des comptes


Le dernier rapport de la Cour des comptes sur l’AMDI (l’Agence marocaine de développement de l’investissement)  et l’ANPME (Agence nationale de la promotion de la petite et moyenne entreprise) dévoile de nombreux dysfonctionnements de gestion de ces établissements.

Du défaut managérial à la mauvaise gestion financière, en passant par l’absence de coordination avec les stratégies nationales  et d’évaluation des objectifs, les recommandations de la Cour des comptes  pour ces agences vont de la refonte des différentes structures organisationnelles à l’évaluation des réalisations et des objectifs.

L’AMDI tout comme l’AMPME sont aujourd’hui sommées de revoir leur mode de gestion et de management. Les manquements relevés par l’équipe de Driss Jettou dans ces deux entités sont multiples. La Cour des comptes pointe du doigt surtout  une mauvaise gestion financière qui ne permet pas l’atteinte des objectifs initialement fixés.

Pour l’AMDI, la Cour des comptes dénonce la faible promotion de plan national d’émergence industrielle. Cette agence doit en effet redéfinir le cadre institutionnel régissant l’investissement et l’adaptation des textes de l’agence et la charte de l’investissement. L’AMDI  est également  contrainte de mettre en place un système de veille et d’intelligence économique qui lui permettrait de mieux gérer l’offre Maroc. De même qu’il lui est recommandé de rendre opérationnel les conventions de partenariat avec les différentes parties prenantes dans le domaine de la promotion économique. Aussi l’AMDI doit activer la démarche globale d’assurance qualité.

L’état des lieux de l’ANPME n’est pas moins défaillant que le celui de l’AMDI. L’analyse de la Cour des comptes met l’accent sur la faille du rôle principal même de l’agence qui est celui d’accompagner les PME via notamment ses programmes IMTIAZ, Moussanada ou Inma. Les objectifs arrêtes ne sont pas atteints. Plus encore, la gestion financière de l’agence est désastreuse. Les charges du personnel excédent le chiffre d’affaires et le système comptable inadéquat. L’ANMPE présente aussi des dysfonctionnements organisationnels et de stratégies commerciales appropriées.

 

A propos

Moment politique fort Moment politique fort La rencontre consultative qui a réuni le weekend  dern...

Parlons en

Sahara marocain : la rage folle d’Alger Sahara marocain : la rage folle d’Alger Le régime algérien est décidément entré dans une rage...

Ainsi va l'Afrique

Le Bouteflika burundais Le Bouteflika burundais actuel  président du Burundi s’entête toujours à vouloir violer, coûte que coûte, la Constitution de son pays. Il a ainsi décidé de se repr...

chroniques

Tayeb et sa société «mémorable» Tayeb et sa société «mémorable» Il est artiste par amour pour les autres, pour l’Autre...

Autrement dit

Interview

Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Journaliste et écrivain, une dualité passionnelle Peut-on différencier l’écriture en fonction de l’a...

Eclairage

L’unité de la pensée et de l’action L’unité de la pensée et de l’action Entre l’intellectuel et l’idéologue qu’il était,...

Point de vue

Le sens des responsabilités doit constamment primer Le sens des responsabilités doit constamment primer Khalid Naciri fait le point sur la situation politique gén...

Hors champ

Le travelling…une affaire de morale Le travelling…une affaire de morale Ethique et esthétique «Le réel doit être fictionn...

Amicalement votre

BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? BREXIT : Et Si la Grande Bretagne quittait l'UE? Dans quelques semaines, 65 millions de britanniques vote...

A vrai dire

Intellectuels, réveillez-vous! Intellectuels, réveillez-vous! Devant les signes de toute crise, un discours de pondér...